L’équilibre retrouvé

L'exercice 2008 s'achève pratiquement à l'équilibre pour le CHRU de Montpellier (-0,116 M€ sur 683 M€ de produits d'exploitation soit -0,017%). Ce résultat a été salué par le Conseil d'Administration réuni le 29 janvier, sa Commission Médicale d'Etablissement et son Comité Technique d'Etablissement. Il dépasse favorablement les objectifs de début d'année qui fixaient à –22,4 M€ le niveau du résultat 2008.

L’exercice 2008 s’achève pratiquement à l’équilibre pour le CHRU de Montpellier (-0,116 M€ sur 683 M€ de produits d’exploitation soit -0,017%). Ce résultat a été salué par le Conseil d’Administration réuni le 29 janvier, sa Commission Médicale d’Etablissement et son Comité Technique d’Etablissement. Il dépasse favorablement les objectifs de début d’année qui fixaient à –22,4 M€ le niveau du résultat 2008.

Ce résultat tient avant tout aux conséquences d’un dispositif managérial profondément modifié ces dernières années. L’ensemble des unités du CHRU fonctionne désormais dans des pôles d’activités médicales, médico-techniques et administratives. Chacun d’entre eux est piloté par un responsable de haut niveau engagé contractuellement avec la Direction Générale et disposant de délégations de gestion très fortes. Ainsi les médecins responsables des pôles gèrent l’ensemble des ressources humaines et matérielles directement attachées à leur pôle. Un système de pilotage très efficace a accompagné ce changement radical.

Des efforts majeurs d’économie et de productivité ont été ainsi recherchés et mis en oeuvre. Plusieurs secteurs d’hébergement autrefois dissociés ont été regroupés (chirurgie infantile notamment). Le Conseil exécutif est à la source de ces changements par l’expression de ses avis transmis au Directeur Général et au Conseil d’Administration.

L’accent à été mis sur la maîtrise des charges et le développement de l’activité. Après neutralisation de la baisse des tarifs de -3,2%, les produits d’exploitation 2008 résultant des hospitalisations ont augmenté de 2 % comparativement à 2007, contre 1,1% prévus à l’état prévisionnel de recettes et de dépenses 2008 (EPRD).

Les produits liés aux consultations et aux actes externes ont augmenté de 12% en 2008. Cette évolution reflète la volonté du CHRU de privilégier les prises en charge de courte durée (hospitalisations de jour et consultations).

L’investissement relancé dès 2005 a atteint en 2008, 54 M€. Il correspond à l’application d’un plan de rattrapage par rapport au début des années 2000 et devrait atteindre 70 M€ en 2009.

Le Conseil d’Administration s’est félicité des bonnes performances pour 2008, année de l’accréditation V2 du CHRU par la Haute Autorité de Santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.