60 rencontres, plus de 200 médecins conférenciers hospitaliers ou libéraux, plus de 10 000 auditeurs, tel est le prestigieux palmarès du pôle info-santé qui fête ses 10 ans en mai 2003.

60 rencontres, plus de 200 médecins conférenciers hospitaliers ou libéraux, plus de 10 000 auditeurs, tel est le prestigieux palmarès du pôle info-santé qui fête ses 10 ans en mai 2003.

Depuis 1993, le CHU de Poitiers et l’Espace Mendes France, centre de culture scientifique et technologique, organisent en ville des conférences sur la santé pour expliquer comment prévenir certaines pathologies ou comment les traiter. Pour le public, c’est l’occasion de rencontrer des médecins dans un lieu neutre où la relation est dédramatisée, de lui permettre de poser les questions qui, par omission ou timidité, ne sont pas abordées en consultation. Pour l’hôpital, c’est l’occasion de s’intégrer davantage dans la cité pour concrétiser la mission de prévention et d’éducation à la santé qui lui incombe.

Pour toutes ces raisons, mais aussi pour la qualité des échanges et la convivialité des relations, ces conférences sur la santé sont devenues le rendez-vous apprécié des poitevins : chaque thème est suivi par 200 personnes environ, principalement des femmes de 50 à 65 ans et des étudiants du secteur sanitaire qui trouvent là un précieux complément à leur formation.

Ils ont dit :
« Le pôle info-santé doit sa longévité à une approche simple, de proximité et pas trop médicalisée ! » Jean-Pierre Dewitte, Directeur général du CHU de Poitiers.

« Traduites en langue des signes, les conférences sont très importantes pour la communauté des sourds qui prennent ainsi connaissance des informations courantes diffusées à la télévision » Magali Menu, membre de l’Amicale des sourds anciens élèves de Poitiers-Larnay.

« Le pôle info-santé est un élément dans la ville qui contribue à apporter des informations importantes sur les grands problèmes de santé publique… Au même titre que certains spots télévisés, il entre dans le cadre des campagnes de sensibilisation ou de dépistage… »
Pr Guillaume Magnin, chef du service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction du CHU

« A ma grande surprise, ce n’est pas forcément de l’espoir que viennent chercher ici des gens qui souffrent depuis longtemps. Je pensais naïvement que les questions tourneraient essentiellement autour des nouveaux traitements, des solutions miracles. Non, en fait, ce que viennent chercher tous ces gens, c’est simplement de l’information. Je suis toujours surpris de constater à quel point ils ne connaissent rien de la maladie dont ils souffrent, ou dont souffrent leurs proches. » Hervé Brèque, journaliste, animateur des pôles info-santé depuis 1993.

Prochaines conférences :
jeudi 9 octobre 2003 : « la méningite »
jeudi 4 décembre 2003 : « la polyarthrite rhumatoïde »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.