Les 8 SAMU d’Ile-de France ouvrent un centre de formation au métier d’assistant de régulation médicale

Les 4 SAMU de grande couronne en Ile-de-France et les 4 SAMU de l’AP-HP soucieux de la qualité de la régulation au sein des centres de régulation des appels d’urgences – SAMU centres 15, proposent pour la première fois dès la rentrée 2019 une formation diplômante au métier d’assistant de régulation médicale.

Les 4 SAMU de grande couronne en Ile-de-France et les 4 SAMU de l’AP-HP soucieux de la qualité de la régulation au sein des centres de régulation des appels d’urgences – SAMU centres 15, proposent pour la première fois dès la rentrée 2019 une formation diplômante au métier d’assistant de régulation médicale.
Accessible après épreuves de sélection, cette formation est composée de modules pratiques et théoriques. Elle dure une année (1 470 heures), du 4 novembre 2019 au 18 septembre 2020. 40 places sont ouvertes pour cette première année ; la capacité maximale sera progressivement portée à 60 places.
Les personnes intéressées doivent déposer leur dossier avant le mardi 10 septembre 2019 – 12h00.    
L’assistant de régulation médicale (ARM) est, sous la responsabilité du médecin régulateur, le premier maillon de la chaîne de secours pré-hospitalier. C’est en effet le premier interlocuteur des personnes qui composent le 15 pour joindre le SAMU. Dans chaque département, le SAMU coordonne et régule l’aide médicale d’urgence. L’ARM est donc formé pour répondre aux appels au 15 et doit savoir reconnaître une urgence. Il oriente ensuite les appels vers un médecin régulateur qui conseillera ou orientera vers le dispositif de soins le plus adapté. Le SAMU régule notamment les interventions des ambulances de réanimation des services mobiles d’urgence et de réanimation – SMUR qui partent des hôpitaux de la région, déclenche et régule les moyens secouristes (Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris, services départementaux d’incendie et de secours – SDIS, ambulances privées, moyens professionnels ou associatifs de secours à personnes, …).

Formation initiale ou continue

Intégrer le CFARM SAMU IDF, c’est se former à la gestion de tous types de situation pouvant survenir en régulation au sein d’un SAMU et d’intégrer un poste clé au cœur du système de santé public français.  L’accès à la formation se fait après une épreuve de sélection : une épreuve d’admissibilité permettant l’analyse par les membres du jury du dossier composé d’une lettre de motivation, d’un curriculum vitae, des pièces justifiant des conditions d’inscription du candidat ; et une épreuve d’admission sous forme d’un entretien permettant d’apprécier l’aptitude et les motivations du candidat à suivre la formation et à devenir assistant de régulation médicale. Cette formation s’adresse aux bacheliers âgés de 18 ans au moins au 31 décembre de l’année d’entrée en formation (candidatures hors Parcoursup) ou équivalent et aux personnes ayant au moins trois ans d’expérience professionnelle à temps plein.
Le centre de formation des assistants de régulation médicale (CFARM) des 8 SAMU d’Île-de-France ouvrira ses portes pour une première rentrée le 4 novembre 2019 à Paris dans le 14ème arrondissement. Les stages de « découverte » et les stages « métiers » auront lieu dans les différents SAMU mais également dans les établissements de santé, SMUR, ou centres d’appels des pompiers ou des forces de l’ordre, … Le coût de la formation s’élève à 8 500 €. Pour les formations initiales, les frais de scolarité sont pris en charge par le ministère des Solidarités et de la Santé. Le reste à charge est évalué à 500 € (+ 90 € euros de frais d’inscription aux épreuves de sélection). Les futurs étudiants percevront toutefois une indemnité de stage de 30 € par semaine de stage, soit 630 € pour 21 semaines et pourront également être remboursés d’une partie de leur titre de transport annuel. Pour les ARM actuellement en poste, et pour les agents de la fonction publique hospitalière intéressés par cette formation et qui remplissent les conditions d’inscription, il est conseillé de se rapprocher de leur service de formation.
Plus de renseignements sur cette formation  

L’assurance du recrutement

Les SAMU recrutant régulièrement, c’est donc la certitude de trouver un poste dès la sortie d’école en CDD, CDI ou en intégrant le statut de la fonction publique hospitalière : l’ARM est un agent relevant de la catégorie B de la fonction publique hospitalière. Son salaire mensuel, primes incluses, varie de 1 800 € en début de carrière à 3 200 € bruts en fin de carrière.
Le SAMU 75 est basé à l’hôpital Necker-Enfants malades – AP-HP, à Paris
Le SAMU 92 est basé à l’hôpital Raymond-Poincaré – AP-HP, à Garches
Le SAMU 93 est basé à l’hôpital Avicenne – AP-HP, à Bobigny
Le SAMU 94 est basé à l’hôpital Henri-Mondor – AP-HP, à Créteil
Le SAMU 77 est basé au centre hospitalier de Melun Le SAMU 78 est basé au centre hospitalier de Versailles
Le SAMU 91 est basé au centre hospitalier sud francilien à Corbeil-Essonnes
Le SAMU 95 est basé au centre hospitalier de Pontoise

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.