Les ados auront leur espace méditerranéen en 2011

Espace Méditerranéen de l'Adolescence Le lancement inaugural des travaux de transformation de l'hôpital Salvator en un Espace Méditerranéen de l'Adolescence innovant s'est déroulé le 10 septembre 2010. Porté par, le Pr. Marcel Rufo, qui a dirigé la maison de Solenn à Paris de 2004 à 2007, EMA bénéficie de l'expérience du célèbre pédopsychiatre. Dans cet hôpital redessiné selon leurs aspirations, la centaine de jeunes de 11 à 25 ans accueillis se verront proposer un suivi médical complet et des soins culturels. Pierre angulaire du dispositif, les soins culturels regroupent bibliothèque, salle de musique, salle de sport et de danse, vétothèque (dressing idéal pour adolescents), salle de dessin et d'arts plastiques, station de radiophonie, WEB radio et maison virtuelle d'adolescents... « EMA pratiquera une médecine globale du sujet et non une médecine d'organe » renchérit le Pr Rufo. Le lieu sera constamment en interaction avec la ville de Marseille et sa région.

Le lancement inaugural des travaux de transformation de l’hôpital Salvator en un Espace Méditerranéen de l’Adolescence innovant s’est déroulé le 10 septembre 2010. Porté par, le Pr. Marcel Rufo, qui a dirigé la maison de Solenn à Paris de 2004 à 2007, EMA bénéficie de l’expérience du célèbre pédopsychiatre. Dans cet hôpital redessiné selon leurs aspirations, la centaine de jeunes de 11 à 25 ans accueillis se verront proposer un suivi médical complet et des soins culturels. Pierre angulaire du dispositif, les soins culturels regroupent bibliothèque, salle de musique, salle de sport et de danse, vétothèque (dressing idéal pour adolescents), salle de dessin et d’arts plastiques, station de radiophonie, WEB radio et maison virtuelle d’adolescents… « EMA pratiquera une médecine globale du sujet et non une médecine d’organe » renchérit le Pr Rufo. Le lieu sera constamment en interaction avec la ville de Marseille et sa région.

L’hôpital Salvator devient l’Espace Méditerranéen de l’Adolescence

Novateur, l’EMA s’érige en modèle et se donne pour mission
– de répondre à un besoin de santé publique en regroupant les partenaires publics et privés sanitaires et médico-sociaux ainsi que les collectivités territoriales, l’Université, l’Education Nationale et des associations, au bénéfice des adolescents et de leur famille.
– de construire un hôpital“autrement” en associant soins, culture et éducation ; la culture est reconnue comme élément fondamental du projet englobant l’art, l’expression culturelle, le sport et l’enseignement scolaire et universitaire.
– de définir l’hôpital comme dispositif de soins, intégrant le médico-social à travers notamment la présence des différentes associations présentées par le Conseil Général et sous la responsabilité de la Maison Départementale de l’adolescent.
– de devenir un centre de ressources et de recherche dans toutes les disciplines médicales ou de sciences humaines.
L’EMA aura aussi pour particularité d’être un lieu commun de consultations externes pour harmoniser les indications de prises en charge avec l’apport des différentes spécialités de l’AP-HM (notamment Gynécologie, Chirurgie plastique, Dermatologie…) mais faisant aussi intervenir des médecins libéraux et des médecins de l’inter-secteur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.

L’EMA en chiffres
Coût Total du Projet : 16 millions d’euros (Investissements)
Surface : 6500 m2
Ouverture prévue : courant 2011
Nombre de lits :
– 33 lits temps plein dont 4 à 6 lits dédiés à la prise en charge psycho-sociale des adolescents
atteints de cancer (soutien INCA).
– 29 places d’hôpitaux de jour de court séjour : EspaceArthur de l’AP-HM,Association SERENA,
Clinique des trois Cyprès de la Générale de Santé,
Dans un deuxième temps (2012-2013) : 25 lits de moyens séjours installés par la Fondation santé des Etudiants de France.

L’Espace Méditerranéen de l’Adolescence est un projet piloté par l’AP-HM en partenariat avec des institutions médico-sociales, des fondations, les universités de Marseille et d’Aix en-Provence, l’Education Nationale, des laboratoires de recherche et des collectivités territoriales. L’initiative est soutenue par de nombreux partenaires fondateurs et donateurs.

L’EMA a déjà reçu le soutien de nombreux partenaires
La Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France : 1 400 000 Euros, ainsi que 100 000 Euros pour la création d’une radio au sein d’EMA, grâce au soutien de l’artiste Mika et de Coca Cola® en faveur du programme adolescents de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, l’INCA à hauteur de 1 000 000 Euros dans le cadre du nouveau plan cancer, présenté par le Président de la République, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône à hauteur de 500 000 Euros, la Fondation CMA-CGM à hauteur de 450 000 Euros, la Fondation Lagardère, par la Fondation Richard GASQUET à hauteur de 50 000 Euros, l’Olympique de Marseille à hauteur de 45 200 Euros La Fondation Banque Populaire Provençale et Corse : Dons de 3 tableaux et aménagement de l’ascenseur des consultations.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.