Les aînés connectés du CHU de Nice

Les résidents de l’Ehpad de l’hôpital de Cimiez du CHU de Nice, se mettent au digital pour se rapprocher de leurs familles et échanger plus souvent avec elles. Sous la houlette de l'association Bulle, elles font l'effort de s'adapter aux codes des natifs numériques. 6 ateliers animés par 3 animateurs expérimentés sont programmés.

Les résidents de l’Ehpad de l’hôpital de Cimiez du CHU de Nice, se mettent au digital pour se rapprocher de leurs familles et échanger plus souvent avec elles. Sous la houlette de l‘association Bulle, elles font l’effort de s’adapter aux codes des natifs numériques.
L’Ehpad a déjà en sa possession deux tablettes mais n’a pas la formation nécessaire pour enseigner les résidents. Une première tentative avait été conduite lors d’un atelier expérimental Ehpad 2.0 en 2016 et les séniors avaient été séduits. Fort de ce succès et soucieux de pérenniser la démarche, le Pr Olivier Guérin, chef de pole Réhabilitation, Autonomie et Vieillissement a recherché des financements. Grâce au Fonds de Dotation Aveni et de la Fondation Stavros Niarchos dont la contribution s’est élevée à 4 800€s, 6 ateliers animés par 3 animateurs expérimentés de l’association Bulle sont programmés.
 "Des ateliers numériques nomades pour tous !" tel est le concept de l’association Bulle. L’objectif est simple : proposer des ateliers numériques nomades sur tablettes et aller à la rencontre des publics de 4 à 104 ans et avec eux, découvrir la multitude d’applications ludiques, créatives et éducatives qu’offre la technologie.
Considérant les ipads comme de formidables supports de mise en relation, la Bulle a choisi d’en exploiter les points forts : l’autonomie, le fait d’évoluer dans un univers familier, et leur facilité d’utilisation. Dans un univers toujours plus numérique les ateliers de la Bulle donnent à échanger, élaborer et créer autour de projets collaboratifs axés sur la photo, l’image, le conte, la vidéo, la BD, le code et l’animation visuelle.
Ces ateliers sont destinés à un large public, adultes et enfants, toutes générations confondues. Les intervenants, tous spécialistes dans leurs domaines, se déplacent dans les différents lieux de formation (écoles, médiathèques, théâtres, centre culturels, collèges, lycées, à domicile) dans le cadre de projets mis en place par la Bulle, ou en partenariat avec les différentes structures.
Une initiation en 6 ateliers de 2h 
• 1 mars et 22 mars : apprendre à utiliser Google en partant à la recherche de lieux de leur enfance, travailler la mémoire en rapport avec le territoire.
• 5 Avril et 12 avril : apprendre à utiliser les différentes applications de jeu.
• 3 mai et 17 mai : apprendre les différents outils de communication (skype, etc…)

Pour les médecins gériatres du CHU de Nice, ce nouvel atelier permet aux personnes âgées de partager, échanger, de stimuler leurs neurones, leur mémoire et surtout de rester connectées au monde. Les seniors d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’il y a 30 ans et c’est au personnel médical de les accompagner également dans cette nouvelle démarche.
Les activités 2.0 de l’Ehpad se développeront au sein du pôle et également en onco-pédiatrie dès que le CHU de Nice aura trouvé de nouveaux financements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.