Les bons scores du CHU de la Réunion : certification des soins, des comptes et déficit réduit à 12M€ en 2018

Après sa récente certification de la qualité des soins, en niveau B, comme 70% des CHU hexagonaux, le CHU de la Réunion, voit ses comptes à nouveau certifiés pour la troisième année consécutive, avec une seule réserve relative aux immobilisations. Quant à son déficit, il est ramené à 12M€ contre 35,5 M€ en 2016 et 21 M€ en 2017. L’établissement se réjouit de ces bons scores qui témoignent de la forte mobilisation des professionnels et de la gouvernance. Mais les efforts doivent se poursuivre pour atteindre l’équilibre en 2021.

Après sa récente certification de la qualité des soins, en niveau B, comme 70% des CHU hexagonaux, le CHU de la Réunion, voit ses comptes à nouveau certifiés pour la troisième année consécutive, avec une seule réserve relative aux immobilisations. Quant à son déficit, il est ramené à 12M€ contre 35,5 M€ en 2016 et 21 M€ en 2017. L’établissement se réjouit de ces bons scores qui témoignent de la forte mobilisation des professionnels et de la gouvernance. Mais les efforts doivent se poursuivre pour atteindre l’équilibre en 2021.
Ces bons résultats permettent au CHU de La Réunion de retrouver sa crédibilité auprès de ses tutelles et financeurs externes. « La certification est un gage de sérieux et de confiance adressé à nos partenaires institutionnels et financiers, comme à l’ensemble des réunionnais et des patients de la zone Océan indien. Le CHU maintiendra cette trajectoire financière et poursuivra ses efforts pour atteindre l’équilibre budgétaire hors accompagnement en 2021. » précise la direction générale dans un communiqué en date du 2 juillet 2019. 
Les responsables ont pleinement conscience de l’importance de l’appui du ministère de la Santé. Sans son accompagnement exceptionnel consenti de manière dégressive jusqu’en 2020 (6,5 M€ en 2018), le déficit serait de 18,5 M€.
 
Compte de résultat du budget principal du CHU de la Réunion. Les produits s’élèvent pour 2018 à 724,1 M €, les charges à 736 M€. L’exécution du budget principal aboutit à un déficit de 11,9 M€. Par rapport à 2017, le résultat déficitaire s’est sensiblement réduit.

La nécessité de poursuivre les efforts engagés

L’exercice 2018 a correspondu à la première année de mise en œuvre du plan de retour à l’équilibre (PRE), validé par le COPERMO (Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins) dans sa séance du 31 janvier 2018. Ce PRE, qui court sur la période 2018-2022, se décline en un plan de maîtrise de la masse salariale, la poursuite de la mise en œuvre du virage ambulatoire et la révision de l’offre capacitaire, un plan de maîtrise de la prescription médicale, la rationalisation des installations logistiques, l’optimisation des recettes et la rénovation des outils de pilotage. Les résultats 2018 prouvent que le CHU est sur une trajectoire financière satisfaisante mais il faut poursuivre les efforts afin d’atteindre l’équilibre budgétaire hors accompagnement en 2021, tout en préservant la qualité des soins attendue par les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.