Les bourses Espoir d’HUGO encouragent la recherche collective

Un réseau interrégional de recherche paramédicale pour mieux lutter contre les risques infectieux, une grille pour améliorer la qualité des essais randomisés sur l’insuffisance rénale chronique. Ces deux projets viennent de remporter les bourses Espoir décernées par HUGO. Par cette distinction, le groupement de coopération hospitalo-universitaire composé des 7 CHU du grand Ouest et du centre de lutte contre le cancer a voulu encourager les actions de coopération conduites par de jeunes

Un réseau interrégional de recherche paramédicale pour mieux lutter contre les risques infectieux, une grille pour améliorer la qualité des essais randomisés sur l’insuffisance rénale chronique. Ces deux projets viennent de remporter les bourses Espoir décernées par HUGO. Par cette distinction, le groupement de coopération hospitalo-universitaire composé des 7 CHU du grand Ouest et du centre de lutte contre le cancer a voulu encourager les actions de coopération conduites par de jeunes professionnels de moins de 35 ans, dans le domaine des soins, de l’enseignement ou de la recherche.
Les deux lauréates
Le jury des bourses HUGO, sous la direction du Professeur Isabelle RICHARD Doyen de la Faculté de médecine d’Angers, a retenu

– le projet de Blandine Guilley- Lerondeau, infirmière hygiéniste au CHU de Nantes. Elle va mettre en place et coordonner un réseau interrégional de recherche paramédicale dans le domaine de la gestion du risque infectieux (PARI), impliquant les infirmiers hygiénistes de plusieurs CHU de HUGO. Le but de ce réseau est de fédérer ces professionnels spécialisés en hygiène et développer des projets de recherche multicentriques. Parmi eux, la construction et la validation d’une échelle mesurant l’impact psychologique des précautions complémentaires déployées chez les patients colonisés ou infectés par des agents infectieux transmissibles. Ce projet fera l’objet d’une demande de financement national (PHRIP) en 2016.

– le projet du Dr Bénédicte Sautenet, chef de clinique en Néphrologie-Transplantation Rénale au CHU de Tours, impliquée dans la FHU SUPPORT. Son travail visent à définir un ‘core outcome set’, ou un ensemble standardisé de critères de jugements à utiliser dans les essais randomisés de néphrologie concernant l’insuffisance rénale chronique. L’enjeu est d’améliorer la qualité des essais et des méta-analyses afin d’optimiser la prise en charge des patients insuffisants rénaux. Ce travail fera l’objet d’un consensus international. L’avis de spécialistes mais également de patients venant de tous les continents sera pris en compte. Ce projet la conduira à l’Université de Sydney dans le service du Pr Craig, en charge du groupe Rein et Transplantation au sein de la collaboration Cochrane.
Les deux bourses d’un montant total de 30 000€ sont parrainées par le Club des partenaires, constitué début 2015 où l’on retrouve AIA associés, Cerner, Eiffage construction Grand Ouest, Gerflor, Sanofi-Aventis France, Schneider Electric France et la SHAM.
Contact presse : Cécile Jaglin-Grimonprez – cecile.jaglin@chu-hugo.fr – tél. : 06.23.48.66.41
Pour en savoir plus : http://www.chu-hugo.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.