Les bourses Espoir d’HUGO encouragent la recherche collective

Un réseau interrégional de recherche paramédicale pour mieux lutter contre les risques infectieux, une grille pour améliorer la qualité des essais randomisés sur l’insuffisance rénale chronique. Ces deux projets viennent de remporter les bourses Espoir décernées par HUGO. Par cette distinction, le groupement de coopération hospitalo-universitaire composé des 7 CHU du grand Ouest et du centre de lutte contre le cancer a voulu encourager les actions de coopération conduites par de jeunes

Un réseau interrégional de recherche paramédicale pour mieux lutter contre les risques infectieux, une grille pour améliorer la qualité des essais randomisés sur l’insuffisance rénale chronique. Ces deux projets viennent de remporter les bourses Espoir décernées par HUGO. Par cette distinction, le groupement de coopération hospitalo-universitaire composé des 7 CHU du grand Ouest et du centre de lutte contre le cancer a voulu encourager les actions de coopération conduites par de jeunes professionnels de moins de 35 ans, dans le domaine des soins, de l’enseignement ou de la recherche.
Les deux lauréates
Le jury des bourses HUGO, sous la direction du Professeur Isabelle RICHARD Doyen de la Faculté de médecine d’Angers, a retenu

– le projet de Blandine Guilley- Lerondeau, infirmière hygiéniste au CHU de Nantes. Elle va mettre en place et coordonner un réseau interrégional de recherche paramédicale dans le domaine de la gestion du risque infectieux (PARI), impliquant les infirmiers hygiénistes de plusieurs CHU de HUGO. Le but de ce réseau est de fédérer ces professionnels spécialisés en hygiène et développer des projets de recherche multicentriques. Parmi eux, la construction et la validation d’une échelle mesurant l’impact psychologique des précautions complémentaires déployées chez les patients colonisés ou infectés par des agents infectieux transmissibles. Ce projet fera l’objet d’une demande de financement national (PHRIP) en 2016.

– le projet du Dr Bénédicte Sautenet, chef de clinique en Néphrologie-Transplantation Rénale au CHU de Tours, impliquée dans la FHU SUPPORT. Son travail visent à définir un ‘core outcome set’, ou un ensemble standardisé de critères de jugements à utiliser dans les essais randomisés de néphrologie concernant l’insuffisance rénale chronique. L’enjeu est d’améliorer la qualité des essais et des méta-analyses afin d’optimiser la prise en charge des patients insuffisants rénaux. Ce travail fera l’objet d’un consensus international. L’avis de spécialistes mais également de patients venant de tous les continents sera pris en compte. Ce projet la conduira à l’Université de Sydney dans le service du Pr Craig, en charge du groupe Rein et Transplantation au sein de la collaboration Cochrane.
Les deux bourses d’un montant total de 30 000€ sont parrainées par le Club des partenaires, constitué début 2015 où l’on retrouve AIA associés, Cerner, Eiffage construction Grand Ouest, Gerflor, Sanofi-Aventis France, Schneider Electric France et la SHAM.
Contact presse : Cécile Jaglin-Grimonprez – cecile.jaglin@chu-hugo.fr – tél. : 06.23.48.66.41
Pour en savoir plus : http://www.chu-hugo.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.