Les Centres Hospitaliers et la recherche clinique

Reseau-CHU s'est associé au Journal de l’Association des Directeurs d'Hôpital, le JADH, pour une parution exceptionnelle sur la recherche clinique en CH et leur coopération avec les CHU*. Longtemps cantonnée à une activité annexe mal identifiée, la recherche en CH s’affiche aujourd’hui comme un marqueur du dynamisme et de l’excellence des équipes. En 2012, cette recherche se structure au sein d’un territoire où la concurrence s’efface au profit de la richesse des coordinations entre CHU et CH.

Reseau-CHU s’est associé au Journal de l’Association des Directeurs d’Hôpital, le JADH, pour une parution exceptionnelle sur la recherche clinique en CH et leur coopération avec les CHU*.
Longtemps cantonnée à une activité annexe mal identifiée, la recherche en CH s’affiche aujourd’hui comme un marqueur du dynamisme et de l’excellence des équipes. En 2012, cette recherche se structure au sein d’un territoire où la concurrence s’efface au profit de la richesse des coordinations entre CHU et CH. Ce maillage régional est porté par une réglementation qui favorise la complémentarité et les communautés d’intérêts, dans le respect des compétences de chacun.  L’enjeu : promouvoir des soins innovants au bénéfice des patients et atteindre une taille critique qui permette de défendre le label français sur la scène internationale.
Frédéric Boiron, président de l’ADH
Marie-Georges Fayn, éditrice de Réseau CHU et de MédiasCHU
Considérée durant des années comme l’apanage des CHU et des Centres de lutte contre le cancer, la recherche clinique se révèle aussi très présente dans les CH. Encouragée par la nouvelle réglementation, elle est soutenue par des praticiens hospitaliers partageant un même idéal d’excellence des soins et désireux d’offrir à leurs patients un accès rapide aux dernières innovations ; une démarche scientifique appuyée par des directeurs soucieux de valoriser les services phares de leur établissement, d’attirer et de fidéliser de talentueuses équipes et… de dégager de nouvelles sources de financement. Désormais évaluée par des outils plus ciblés, la recherche clinique « fait la différence» et contribue à un meilleur positionnement des établissements face à la concurrence. Et si l’activité historique de recherche des CH s’est longtemps limitée à l’inclusion de patients – activité quasi généralisée mais pas précisément quantifiée du fait de la modicité voire de l’absence de financement –, la donne est en train de changer. Aujourd’hui, on voit apparaître des CH dans la liste des établissements promoteurs. De même, Sigaps a répertorié des publications signées par des praticiens exerçant dans des hôpitaux de taille moyenne. Mais de quelle recherche parle-t-on ?
Doit-on voir dans ces signes les prémices d’un mouvement plus large ou n’est-ce qu’un épiphénomène limité à quelques structures au dynamisme porté par d’audacieuses individualités ?
En 2012, quelles motivations poussent les équipes hospitalières à initier des études ? L’enquête est menée. Exemples et témoignages à l’appui, les auteurs explorent le nouveau maillage régional de la recherche française.
Christophe GOT, directeur du CHU Nord, AP-HM, membre fonctionnel ADH Graph et publications
Sommaire :
 
•         Edito de Monsieur Alain Hériaud, Président de la Conférence
          des Directeurs Généraux de CHU

•         La recherche hors CHU un vivier insoupçonné
•         Témoignage du Centre Hospitalier de la Région d’Annecy
•         Le Centre Hospitalier de Versailles : promoteur de la recherche
•        Témoignage du Centre Hospitalier Départemental Vendée
•         Le Centre Hospitalier Universitaire d’Angers
•         L’unité de recherche clinique du Centre Hospitalier de Compiègne
•         Centre Hospitalier Universitaire et Centres Hospitaliers du Sud-Ouest
*dossier publié en février 2012 sur le JADH

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.