Les CHU de France annoncent une amélioration de leurs résultats financiers pour 2016 au détriment des investissements

Avec un déficit réduit de plus de la moitié (95 M€ contre 209 M€ en 2015) pour un budget de 31 095 M€, les 32 CHU de France présentent des résultats financiers 2016 en nette amélioration, et ce malgré un contexte particulièrement contraint. Cette pression a cependant eu un retentissement sur les investissements qui ont diminué de 123 millions pour atteindre 1 587 M€. Mais dans le même temps les CHU ont réussi à stabiliser leur capacité d’autofinancement alors qu’elle diminuait depuis 4 ans. Enfin l’endettement financier des CHU a été réduit d’un point à 37%.

Avec un déficit réduit de plus de la moitié (95 M€ contre 209 M€ en 2015) pour un budget de 31 095 M€, les 32 CHU de France présentent des résultats financiers 2016 en nette amélioration, et ce malgré un contexte particulièrement contraint. Cette pression a cependant eu un retentissement sur les investissements qui ont diminué de 123 millions pour atteindre 1 587 M€. Mais dans le même temps les CHU ont réussi à stabiliser leur capacité d’autofinancement alors qu’elle diminuait depuis 4 ans. Enfin l’endettement financier des CHU a été réduit d’un point à 37%. 
La Conférence des directeurs généraux de CHU souligne que :
Les CHU ont respecté l’ONDAM hospitalier, avec une progression de +2.2% de leurs recettes d’activité, sachant que les tarifs de séjours ont connu une baisse moyenne de -1.4% (après dégel du coefficient prudentiel).
Les CHU ont maîtrisé l’évolution de leur masse salariale à +1.7% malgré l’impact des mesures réglementaires qui leur sont imposées : dégel du point d’indice, protocole PPCR, hausse du nombre d’internes et étudiants affectés en CHU.
Les CHU ont significativement amélioré leur résultat consolidé d’ensemble, désormais quasiment à l’équilibre, à 99.7 % (pour un budget consolidé des CHU de 31,1 mds €), alors que la contrainte financière externe s’est renforcée avec la mise en œuvre du plan triennal de l’ONDAM.

Les principaux indicateurs sont les suivants (tous CHU) 

Indicateurs (tous CHU)

2013

2014

2015

       2016

Total des produits  26 899 M€    28 390 M€      30 025 M€     31 095 M€
Résultat comptable  – 176 M€    – 196 M€    – 209 M€       – 95 M€
Résultat en % des produits     -0.7%      -0.7%       -0.7%€             -0.3%€

LE FONCTIONNEMENT DES CHU
Après 3 années de stabilité du déficit, les CHU ont réussi à diviser par deux le montant de leur déficit consolidé en 2016. Cette amélioration globale masque une réalité plus contrastée. 
La campagne 2016 s’est inscrite dans un contexte de contrainte financière renforcée : limitation de l’évolution de l’ONDAM à +1.75% et application de la 2nde tranche du plan triennal d’économies ; dans ces conditions, les budgets hospitaliers ont connu une pression financière très exigeante. 
Les contraintes budgétaires et tout spécialement le baisse moyenne des tarifs de -1 %, à laquelle il faut ajouter le coefficient prudentiel de -0.5% (dégelé seulement à hauteur de 0.1%), sont d’autant plus complexes à maitriser que l’activité de nos CHU reste très soutenue avec +4.8% de séjours pour une valorisation financière en T2A de seulement +2.2%. L’activité ambulatoire s’est fortement développée en 2016 avec +6.3% de séjours sans nuitée et +7% de séances.
S’agissant des charges de fonctionnement, les CHU ont limité la progression des dépenses de personnel à +1.7% malgré les hausses d’activité, malgré l’impact des mesures réglementaires estimées à +0.8%, malgré l’effet volume important du nombre d’internes et d’étudiants +0.2% en valeur, malgré l’effet du GVT (Glissement Vieillissement Technicité) de +0.4%. Dans ce contexte les effectifs sont demeurés globalement stables tant pour le personnel médical que non médical. 
Dans le même temps, les dépenses pharmaceutiques et de laboratoires continuent d’augmenter sous les effets cumulés des coûts de l’innovation (actes de génétique innovants, médicaments sous ATU) et des prix des médicaments et des dispositifs médicaux coûteux : +4,4%.

L’INVESTISSEMENT DES CHU

Indicateurs (tous CHU)

2013

2014

2015

  2016

Montant des Investissements   1 933 M€     1 717 M€     1 710 M€      1 587 M€
Capacité d’autofinancement   1 479 M€     1 312 M€    1 209 M€      1 196 M€
Dettes financières 11 151 M€   11 076 M€     11 446 M€     11 524 M€

La conséquence directe des pressions financières rappelées ci-dessus est la baisse des investissements -7%. Les CHU doivent cependant faire face à des réorganisations internes en fonction des nouvelles modalités de prise en charge, à des obligations de maintenance et de mises aux normes et qui se doivent d’intégrer les innovations médicales, techniques, numériques, territoriales. L’effort d’investissement des CHU s’élève seulement à 5%.
Les efforts de redressement financiers du résultat d’exploitation commencent à porter leurs fruits : après quatre années consécutives de baisse, la capacité d’autofinancement (CAF) a pu être stabilisée à hauteur de 4% et l’endettement financier des CHU a été réduit d’un point à 37%.
Les priorités financières des CHU restent les suivantes :
le financement de la masse salariale, particulièrement contrainte par le dégel du point d’indice, l’application du protocole PPCR et du plan attractivité des carrières médicales,
la poursuite des investissements,
– le maintien d’un financement dédié à la recherche médicale, le recours et l’innovation,
– la sécurisation des conditions de financement des hôpitaux de jour,
– la régularisation du passif des contentieux sur les transports SMUR.

En savoir plus sur la Conférence des directeurs généraux de CHU 

La Conférence est l’Assemblée des Directeurs Généraux. Elle intervient pour améliorer le service rendu au malade et le fonctionnement des 32 CHU.  Fondée en 1970, la Conférence est constituée en association type loi 1901. Elle est dirigée par un bureau, élu pour trois ans. 
Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires : Monsieur Jean-Pierre Dewitte, Directeur Général du CHU de Poitiers
https://www.reseau-chu.org/directeurs-generaux/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.