Les CHU face aux changements dans l’univers de la publication scientifique

A travers l’observatoire SIGAPS et SIGREC, Patrick Devos, biostatisticien au CHRU de Lille, a développé une expertise quasiment unique en France des publications scientifiques. Avec Lesya Baudoin, Chargée de Mission Bibliométrie au CNCR, ils font partager leur analyse aux lecteurs de RESEAU CHU : l'anglais devenu incontournable, l'augmentation des publications des équipes françaises dans des revues de forte notoriété, le succès des revues en Open Access...
A travers l’observatoire SIGAPS et SIGREC, Patrick Devos, biostatisticien au CHRU de Lille, a développé une expertise quasiment unique en France des publications scientifiques. Avec Lesya Baudoin, Chargée de Mission Bibliométrie au CNCR, ils font partager leur analyse aux lecteurs de RESEAU CHU : l’anglais devenu incontournable, l’augmentation des publications des équipes françaises dans des revues de forte notoriété, le succès des revues en Open Access…
Entre 2005 et 2009, 73% des revues étaient publiées en anglais et ce taux est passé à 83% entre 2010 et 2014. Dans le même temps le pourcentage d’articles publiés dans des revues françaises a reculé de 27% à 19%. «  C’est à la fois le résultat de l’internationalisation croissante de la recherche médicale en France, par le biais des collaborations, des échanges et des projets communs mais aussi des choix stratégiques motivés par les critères d’évaluation favorisant la publication en anglais, – précise Patrick Devos. Pour autant la publication dans des revues de langue française permet le transfert de connaissances scientifiques auprès des étudiants et professionnels de la santé en France et dans d’autres pays francophones ».
Parmi les revues publiant le plus fréquemment les articles des équipes des CHU (groupe des revues qui concentrent les 25% d’articles), on retrouve une majorité de revues françaises, même si la langue de publication puisse être anglaise. Toutefois, le nombre des revues françaises dans ce groupe diminue avec le temps. Parallèlement, en termes de qualité de revues, le nombre de titres de catégorie E a baissé entre 2005-2009 et 2010-2014, alors que le nombre de celles classées A a augmenté passant de 36% à près de 42%
Comparaison de la répartition des publications des CHU par catégorie de revues entre les périodes 2005-2009 et 2010-2014 – CNCR fév 2016

Le facteur d’impact (A,B,C,D,E, NC – A étant le plus élevé) correspond à la notoriété d’une revue par rapport aux autres revues du même domaine d’étude (Subject Category). Les catégories sont listées dans le Journal of Citation Reports (JCR) de ®Thomson Reuters.

La révolution de l’Open Acces (OA)

Depuis la naissance, dans les années 1990, du mouvement des chercheurs pour un accès libre aux contenus scientifiques, l’univers de la publication scientifique a connu des profonds bouleversements. Des analyses réalisées par une équipe finlandaise estiment l’augmentation annuelle, au niveau mondial, du nombre de publications dans les revues OA (revues en ligne, sans restriction d’accès, basées sur le modèle « auteur payeur ») de 30% et le nombre de titres de périodiques en OA – de 18%. 
Rapidement adoptées par la communauté scientifique des CHU, les revues en OA deviennent un support de publication de plus en plus fréquent pour les chercheurs hospitaliers : si en 2005 on décompte moins de 200 publications dans les revues OA, en 2013 et 2014 elles s’élèvent à plus de 1300 par an. Parmi elles la revue PLoS One occupe une place prépondérante. En 5 ans elle a supplanté les Archives de Pédiatrie, La Presse Médicale et La Revue du Praticien.
PLoS One : un modèle innovant de « Méga-Revue » 
Cette revue électronique multidisciplinaire en OA base sa sélection d’articles sur les seuls critères de la robustesse méthodologique et scientifique, sans tenir compte de son intérêt supposé par le comité éditorial comme c’est l’usage dans les revues classiques. Grâce à ce mode de sélection et au potentiel de publication quasi-illimité du média électronique, le taux d’acceptation d’articles dans PLoS One est plus élevé que ceux des revues classiques et le nombre de publications par an atteint des volumes jamais vus auparavant : en 2013 ce chiffre a dépassé les 30 000
L’offre actuelle des périodiques en OA est caractérisée par un fort taux de renouvellement et une qualité de revues contrastée, avec des modèles économiques différents. Il convient donc d’anticiper l’évolution du marché de l’OA et développer les politiques locales adaptés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.