Les CHU mobilisés pour la semaine de la sécurité des patients

Durant la semaine de la sécurité des patients qui se tiendra du 25 au 29 novembre 2013, les CHU mettent un point d’honneur à promouvoir les efforts engagés par leurs équipes pour lutter contre les infections nosocomiales, garantir la sécurité des transfusions et des anesthésies, bien utiliser les médicaments, vérifier l’identité des patients…

Durant la semaine de la sécurité des patients qui se tiendra du 25 au 29 novembre 2013, les CHU mettent un point d’honneur à promouvoir les efforts engagés par leurs équipes pour lutter contre les infections nosocomiales, garantir la sécurité des transfusions et des anesthésies, bien utiliser les médicaments, vérifier l’identité des patients…

Depuis la mise en place des procédures d’accréditation et de certification, les démarches progrès s’évaluent au travers d’indicateurs quantifiés où qualité et sécurité sont indissociables. Pour ne jamais relâcher l’attention ni laisser la routine envahir les soins, des piqûres de rappel sont proposées.  Focus sur des médias plébiscités pour leur qualité pédagogique et pour la prise de conscience suscitée : « La chambre de tous les dangers » et « Que reste-il de nos erreurs ? »  le film terriblement juste et émouvant de Nils Tavernier.
« La chambre de tous les dangers ». Le principe : une chambre classique, un mannequin allongé sur un lit, relié à une perfusion… Apparemment tout est conforme, en réalité l’installation comporte de nombreuses erreurs et situations à risque potentiellement nuisibles à la sécurité des patients.  A chaque passage dans la chambre, les participants listeront l’ensemble des erreurs identifiées. A l’issue de chaque visite, une discussion sera engagée avec les organisateurs afin de rappeler, entre autres, les règles de bonnes pratiques (ex : circuit du médicament, lavage des mains, identification patient…).

« Que reste-il de nos erreurs ? »  Le documentaire relate trois histoires, celles de Nicholas, Raphaël et Capucine, un enfant et deux adolescents souffrant de maladies graves dont le parcours de soins et de vie est ébranlé suite à des dysfonctionnements de différentes gravités. Confrontés à l’erreur médicale et à ses dommages collatéraux, parents, soignants, chefs de service témoignent avec courage, humilité et sincérité. Ils interrogent les relations entre la famille et l’équipe soignante, entre les professionnels et l’organisation même des services. – documentaire 42 min, diffusé par l’Espace éthique/AP-HP, un film de Nils Tavernier, réalisé à l’initiative de Dominique Davous, mère de Capucine, Nils Tavernier et Gil Rabier

Retrouver le programme des activités et conférences de la semaine nationale de la sécurité des patients organisées par
Le CHU de Besançon
Le CHU de Bordeaux
Le CHRU de Brest 
Le CHU de Caen
Les CHU de Montpellier-Nîmes
Le CHU de Nantes
Assistance Publique-Hôpitaux de Paris
Le CHU de Poitiers
Le CHU de Rennes
Le CHU de Saint-Etienne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.