La campagne d'information Octobre Rose vise à alerter les femmes sur le rôle primordial du dépistage précoce du cancer du sein car plus un cancer est détecté tôt, mieux il se soigne. Informations, dépistages gratuits…, les CHU développent nombre d’actions.

La campagne d’information Octobre Rose vise à alerter les femmes sur le rôle primordial du dépistage précoce du cancer du sein car plus un cancer est détecté tôt, mieux il se soigne. Informations, dépistages gratuits…, les CHU développent nombre d’actions.
Pour sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage précoce du cancer du sein, nombre de CHU ont organisé des rencontres et des consultations sans rendez-vous. C’est le cas à l’AP-HM, où médecins et soignants ont en outre animé des stands d’information le 8 octobre à l’Hôpital Nord et le 11 octobre à l’Hôpital de la Timone. Même mobilisation à Tours, où l’équipe du Centre de coordination des dépistages des cancers (CCDC), a animé des stands d’information, à Bretonneau le 2 octobre et à Trousseau le 4 octobre en partenariat avec le service de Radiologie neuroradiologie diagnostique et interventionnelle et aux côtés de représentants de La Ligue contre le cancer.

Le CCDC du CHU et les villes d’Azay-le-Rideau et Cheillé ont par ailleurs choisi de se mobiliser ensemble pour organiser une Journée dite Rose, « moment de solidarité et d’information », le 13 octobre 2018 dans le centre-ville d’Azay-le-Rideau. A Nîmes, c’est le comité du Gard de la Ligue contre le cancer qui a animé des stands d’information à l’attention des usagers et… des personnels du CHU les 2, 10, 16, 22 et 30 octobre pour informer sur le dépistage des cancers et tester ses connaissances à travers un quizz dédié.
A Amiens, les services de gynécologie, imagerie, oncologie et soins de supports se sont alliés aux étudiants des écoles et instituts du CHU pour promouvoir le dépistage du cancer du sein et informer sur les prises en charge, notamment lors de la Soirée de la Clinique du sein le 4 octobre organisée dans l’auditorium du site sud du CHU Amiens-Picardie. Le CHU d’Amiens-Picardie propose également informations, auto-dépistage et mammographies sans rendez-vous les 5 octobre et 23 octobre en partenariat avec Adema 80 et La Ligue contre le cancer.

Faire appel à la culture

À noter également l’initiative du service Communication et affaires culturelles du CHU de Nîmes qui a lancé un appel à candidatures à l’attention des hospitaliers, les invitant à créer une oeuvre sur le thème des « Femme(s) » en utilisant essentiellement la couleur rose. Les oeuvres des professionnels de l’établissement sont exposées dans le hall de Carémeau jusqu’au 19 octobre. Un jury, composé de médecins et d’un représentant de la Ligue contre le cancer, ainsi que de Melvyn Barros, artiste nîmois de la nouvelle vague, a récompensé trois oeuvres le 16 octobre dans le hall principal de l’hôpital universitaire. A Marseille, c’est une pièce de théâtre « Cellule de Crise » qui s’est jouée à l’Espace Ethique Méditerranéen. Et plus symboliquement, le site internet, le site intranet et les réseaux sociaux de l’AP-HM affichent la couleur rose tout au long du mois d’octobre. C’est également le cas à Tours, où les bâtiments du CHU sont illuminés en rose.

Emission de radio

A Nîmes, le CHU et le Comité du Gard de la Ligue contre le cancer se sont également associés à France Bleu Gard-Lozère pour sensibiliser la population à cette pathologie. L’émission « Matin Bonheur », présentée tous les matins de 9 h à 9 h 30, propose chaque mardi d’octobre des points réguliers sur l’évolution des prises en charge de cette pathologie, avec de nombreux spécialistes, médicaux et paramédicaux. Plusieurs professionnels de santé du CHUN ont été invités : le Dr Catherine Ferrer, chirurgienne dans le service de Gynécologie-obstétrique (2 octobre), le Dr Françoise Bons, cheffe du service de Radiothérapieoncologie (9 octobre), le Dr Frédéric Fiteni, praticien hospitalier dans le service d’Oncologie médicale (16 octobre), le Dr Luc Duwig, psycho-oncologue dans le service d’Oncologie médicale (23 octobre), Camila Leclercq, animatrice de l’Espace de rencontres et d’information (ERI) de l’Institut de cancérologie du Gard (ICG) et Évelyne Kindelberger, infirmière de coordination en soins de support du pôle Oncologie du CHUN (30 octobre).
Autre initiative originale, les personnels du CHU Amiens-Picardie se sont rassemblés le mardi 16 octobre à 13 h au sein du hall du bâtiment principal du site sud pour prouver leur engagement Contre la douleur post-chirurgie dans le cancer du sein en partenariat avec l’association de lutte contre la douleur Amiens Picardie ALDAP.

Et les patientes ? 

Les patientes du CHU Amiens-Picardie ont également pu profiter de différentes animations tout au long du mois d‘octobre : cours de zumba adapté en partenariat avec Le studio de danse de Cagny, dons de cheveux au bénéfice du Département des soins de support DISSPO par l’Association Solid’hair, menu rose pour les patients hospitalisés à l’Oncôpole, présentation des cures post- cancer du sein en partenariat avec Laroche Posay, pose de vernis rose proposée par Mavala, partenaire en produits cosmétiques…). Autant de réalisations qui contribuent au succès d’un mois dédié à une grande cause de santé publique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.