Les CHU porte-étendards de la journée mondiale contre le tabac

Pneumologues, tabacologues, addictologues, sage-femmes… dans toute la France les professionnels de santé organisent avec les acteurs associatifs des actions de sensibilisation du public aux risques d’addiction et aux méfaits du tabac lors de la journée mondiale contre le tabac, le 31mai 2012. Focus sur les initiatives des CHU d’Amiens, Brest, Caen, Dijon, Marseille, Paris, Reims, Rennes, Saint-Etienne et Tours.

Pneumologues, tabacologues, addictologues, sage-femmes… dans toute la France les professionnels de santé organisent avec les acteurs associatifs des actions de sensibilisation du public aux risques d’addiction et aux méfaits du tabac lors de la journée mondiale contre le tabac, le 31mai 2012. Focus sur les initiatives des CHU d’Amiens, Brest, Caen, Dijon, Marseille, Paris, Reims, Rennes, Saint-Etienne et Tours.
A Amiens, les pneumologues et les sages-femmesexpliqueront les dangers du tabac  aux visiteurs, patients et personnels. Des stands seront aménagés dans le hall et au Centre de gynécologie obstétrique.
Prêt à arrêter de fumer 24 heures ? « Chiche » répond Brest où les équipes de tabacologie du CHRU évaluent la dépendance tabagique et aident les personnels qui le souhaitent à arrêter de fumer 24 heures (ou plus). Présents dès 6 heures le matin à l’entrée des principaux bâtiments de l’hôpital, les médecins, infirmières et sages femmes tabacologues proposent aux fumeurs une expérience, même brève, de sevrage tabagique. Les volontaires se verront remettre gratuitement des substituts nicotiniques (patchs ou formes orales) et peut-être seront-ils tentés de relever le défi plus longtemps. Chacun pourra bénéficier de conseils et de documentation. En complément, deux séances de découverte de la sophrologie, sont proposées le même jour à l’hôpital Morvan. Alors prêt à tenter le pari Brestois le 31 mai ?
A Caen, l’unité de coordination de tabacologie et l’Espace Social Cancer du CHU, l’Espace Rencontres Informations du Centre de Lutte contre le Cancer François Baclesse et la Ligue Contre le Cancer – Comité du Calvados, relaient le message de l’OMS. Pour dénoncer «l’interférence de l’industrie du tabac» et contrecarrer ses agissements, ils soutiennent la pétition « Tueurs-Payeurs » lancée par la Ligue Nationale Contre le Cancer. Une conférence/débat ouverte à tous se déroulera aussi le jeudi 24 mai, sur le thème “Cancers…Tabac : idées reçues et moyens d’action”. Des messages repris lors des nombreuses animations, stands d’informations et actions de dépistages organisés à cette occasion.
A Dijon, Jean-Michel Boyer, infirmier en addictologie, accompagné de trois élèves infirmiers, tiendra un stand d’information et de prévention et animera des ateliers  à l’attention des visiteurs, patients et personnel. Au cœur des échanges : les effets néfastes du tabac sur la santé et les moyens pour s’en sortir. Des entretiens individuels seront  aussi proposés.
Marseille rappelle que 29.8% adolescents sont des fumeurs quotidiens et que 59% des fumeurs déclarent avoir envie d’arrêter. Pour les aider, l’AP-HM installera des stands dans le hall de ses hôpitaux et proposera des mesures de la dépendance au tabagisme, des évaluations du taux de monoxyde de carbone… Les spécialistes répondront aussi aux interrogations sur le tabagisme actif ou passif, sur la diététiques et sur le tabagisme maternel.
A Paris*,  la Salpêtrière a construit  pour l’occasion un « village de tentes » de la Salpêtrière où chacun pourra évaluer sa dépendance au tabagisme, calculer l’âge de ses poumons, mesurer son souffle, se documenter et recueillir des conseils… Seront abordées les questions de polyconsommations, de tabac, de drogues, d’alcool et les problématiques de diététique… Temps fort, la table ronde/débat sur «  les nouvelles modalités de consommation de substances psycho actives : alcool, cannabis, drogues et Internet, binge drinking et nouveaux usages festifs… »  par le Pr Bertrand Dautzenberg, responsable de l’Unité Tabac Pitié Salpêtrière – UtaPS et le Dr Grégory Pfau, pharmacien addictologue. Les débats seront animée par le Dr Yves Edel, responsable de l’Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie – ELSA
A Reims**, un collectif d’organismes coordonné par le CHU sensibilisera le public aux risques tabagiques avec notamment des tests de souffle, une présentation des différentes méthodes de sevrage à la gare de Reims et une conférence-débat sur le thème "Stress & tabac" en mairie de Reims. « Fumer réduit-il le stress ? », « Le stress fait-il fumer ? »… Que l’on soit fumeur occasionnel ou dépendant, la cigarette est dans l’imaginaire collectif un moyen efficace de lutter contre le stress. Mais si c’était précisément l’inverse ? Le Docteur Patrick Dupont tentera de répondre à ces questions lors de la conférence-débat.
Au programme également une exposition « Tabac et risques cardiovasculaires » et un petit-déjeuner de sensibilisation pour étudiants et enseignants…  La parole sera donnée à experts de consultation d’aide au sevrage tabagique. L’équipe accompagnent les fumeurs qui désirent arrêter et leur propose un suivi personnalisé, une aide pour comprendre leur dépendance et des traitements adaptés.
Le CHU de Rennes et son unité en tabacologie axent cette 25ème édition autour du  respect de soi en tant que fumeur, du respect des autres et de l’environnement. L’unité de tabacologie, sous la houlette du Docteur Catherine de Bournonville, assurera l’animation de stands dédiés avec le soutien de volontaires de la Mutuelle du Personnel Hospitalier (MNH), d’étudiantes en école de sage-femme et d’une animatrice prévention à la Ligue contre le Cancer.  Lors de ces manifestations, le public pourra se documenter, échanger avec les professionnels et souffler dans le CO testeur, un outil de mesure du monoxyde de carbone et marqueur du tabagisme. Deux conférences aborderont le thème : "Sommes-nous manipulés ?"
Cette année, l’unité de coordination en Tabacologie du CHU de Saint-Etienne a choisi de s’adresser cette année aux fumeurs indécis. Elle tiendra un stand d’information à l’hôpital Nord et présentera les différents traitements de sevrage tabagique. Les fumeurs pourront évaluer leur dépendance au tabac à l’aide de test et d’un dosage de monoxyde de carbone dans l’air expiré. Un test de dépistage de la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) leur sera également proposé.
Le CHRU de Tours qui sensibilisera les femmes enceintes au sevrage tabagique, rappelle que l’année dernière, 1 450 patients ont bénéficié d’une prise en charge pluridisciplinaire (médecin, infirmière, sophrologue, diététicienne, …). Ils étaient 1 234 en 2009 et 1 368 en 2010. Chacun d’entre eux a bénéficié d’un accompagnement est individualisé.

Le tabac en chiffres

Le tabagisme est la deuxième cause de décès sur la planète et la première cause évitable de mortalité. Actuellement, un adulte sur dix en meurt, soit près de 6 millions de personnes dont 73 000 personnes en France, selon les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)***.  Sans compter plus de 600 000 décès – dont plus d’un quart chez des enfants – imputables au tabagisme passif. 

Ces décès sont dus à un infarctus, un accident vasculaire cérébral, un cancer, une pneumopathie ou à une autre maladie liée au tabac.
Et demain ? Le nombre annuel des décès dus à l’épidémie mondiale de tabagisme pourrait atteindre les 8 millions d’ici à 2030. Le tabac, qui a fait 100 millions de morts au XXe siècle, pourrait en faire 1 milliard au XXIe siècle.
Depuis 1987, la Journée Mondiale Sans Tabac, organisée chaque année le 31 mai, mobilise les professionnels de la santé et acteurs associatifs dans le cadre d’une vaste campagne d’information et de sensibilisation, impulsée notamment par l’OMS.
——–
*A Paris, la  journée est organisée par le Comité de Liaison des Addictions (CLA), la Direction de la Communication, la Direction des Ressources Humaines, le CLHSCT addictions et les services : Biochimie, Cardiologie, Consultation de Médecine, Diététique, ELSA, EFR, Endocrinologie Métabolique, Médiathèque, Maison d’Information en Santé, Maison des Usagers et des Associations, Odontologie, Pharmacologie,  Pneumologie, Santé au Travail, Santé Publique et UTaPS. Avec la participation des Centres de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) : Confluences, Emergences et Charonne et des associations : Siel Bleu, AA, AL-ANON et Vie Libre. En partenariat avec La Mairie du XIIIème, l’OFT, la Fédération Française de Cardiologie, la Mission Fides, le RESPADD et les ExFumeurs.

**Cette journée de mobilisation est organisée par un collectif de plusieurs organismes regroupant le CHU de Reims, l’Institut Jean-Godinot, la ville de Reims – CMPS, l’Université de Reims Champagne-Ardenne, l’Académie de Reims, le Pensionnat du sacré Coeur-Institut de la Salle, la SNCF, la MGEL, la Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH), la Mutualité Française Champagne-Ardenne, l’ANPAA 51, la CPAM de Reims, la MGEN – LMDE et la Mutuelle Générale des Cheminots (MGC).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.