Les CHU prêts à des réformes audacieuses

Aujourd'hui, le problème des CHU est de trouver la marge de manSuvre qui leur permette de rester innovant et performant car c'est dans les CHU que s'invente la médecine de demain, que se développe le progrès médical.

Dans ce domaine, la compétition est mondiale. La France a perdu la bataille des équipements, qui pour
la plupart viennent des USA, elle doit rester dans la compétition pour les brevets, les découvertes, la
diffusion de la médecine de pointe, l’organisation des soins.

Il faut investir dans les CHU

Les équipes sont prêtes scientifiquement et culturellement ; les organismes de recherche, comme l’INSERM et le CNRS, ont pénétré nos structures, il ne manque plus que le carburant… qui n’est pas seulement l’argent.

Quatre propositions sont soumises à Monsieur Kouchner, Ministre délégué à la Santé :

– Un autre système de financement

Ce nouveau système, calé sur l’activité plutôt que sur la structure valorisera la performance, encouragera les équipes qui travaillent et dynamisera les choix stratégiques des établissements.

En attendant cette réforme qui prendra nécessairement du temps, il faut trouver le moyen de donner à l’innovation et aux activités coûteuses les ressources qui leur sont nécessaires : la procédure spécifique de prise en compte des dépenses liées à la consommation des molécules anti-cancéreuses coûteuses mises en place par Bernard Kouchner en 2000 pourrait être étendue au domaine des innovations.

Ainsi, sur la base du volume d’activité déclaré, un nombre de points ISA supplémentaires pourrait être déterminé pour chaque établissement par simple conversion en points ISA du surcoût global calculé pour chaque innovation. Le dispositif pourrait être rapidement mis en place. Parallèlement, il conviendrait d’encourager la prise en compte de ces activités dans la classification PMSI lorsque les actes concernés
portent sur un volume d’activité suffisamment important pour envisager la création d’un GHM (Groupe Homogène de Malade).

Dans le cas contraire, ces prises en charge devraient conduire à un financement particulier de ces « soins coûteux – activité de référence ».

La santé est un domaine où il faut être très réactif, la réponse des institutions hospitalo-universitaires est souvent trop administrative, privilégiant le respect des procédures à l’efficacité.

Les CHU sont dans ce domaine, dans une relation très inégale par rapport au secteur privé et en mesurent les conséquences à travers le fléchissement de certaines activités comme la chirurgie par exemple.

– Un nouveau cadre juridique

Respectueux aussi des missions de service public auxquelles les hospitaliers sont profondément attachés par leur histoire, il permettra de développer plus rapidement encore les stratégies de réseaux entre les institutions ;

– Une volonté forte du gouvernement de favoriser la recherche et l’innovation médicale

Pour cela, il faut concilier et développer des financements durables avec l’aide d’incubateurs régionaux (Conseil Régional, DRIRE, ANVAR) et créer une agence de financement pour la recherche clinique en santé.

– Enfin, il faut une relance de l’investissement hospitalo-universitaire.

Le coefficient de vétusté des CHU est de 0,60 en 2000. Sur les bâtiments seuls, il s’est détérioré de plus de 16 % en cinq ans.

Au cours de ces VIIèmes Assises, les participants ont montré leur attachement au système Hospitalo-universitaire et témoigné qu’ils sont désormais prêts à des réformes audacieuses.

* Extrait de l’Allocution de Daniel MOINARD, Président de la Conférence des Directeurs
Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires, lors de la cérémonie de clôture des
VIIèmes Hospitalo-Universitaires.
Ces journées rassemblent tous les deux ans les trois conférences des hôpitaux Universitaires : Directeurs Généraux, Présidents de Commission Médicale d’Etablissement et Doyens.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.