Votre navigateur ne supporte pas Javascript. Pour une meilleure navigation activez le javascript.
  • page facebook de reseau CHU
  • page Tweeter de reseau chu
  • abonnez-vous à nos flux RSS
Agrandir le texte Diminuer le texte

Les CHU sous le charme de l’hypnose

Réseau CHU - jeudi 21 décembre 2017. 7732 vu(s)

Méprisée pendant deux siècles par l’Académie, l’hypnose a retrouvé dans le champ médical sa vocation première: soulager la douleur, réduire le stress, apaiser. Elle est actuellement, selon l’INSERM, l’une des pratiques complémentaires les «plus intégrées à l’offre de soins conventionnels». En appoint au bloc opératoire ou de certains traitements et actes médicaux, elle a trouvé largement ses marques à l'hôpital. Retours d’expérience en CHU*... 

 «J’ai vécu ça comme une expérience. On est conscient mais on ne ressent pas la douleur. Bien sûr, j’étais un peu inquiet au début mais l’équipe instaure un climat de confiance rassurant et nous avons discuté tout le temps de l’opération». Pierre a été un des premiers en 2015 aux Hospices Civils de Lyon à bénéficier d’une curiethérapie sous hypnose pour soigner un cancer de la prostate. Pour le Pr Chapet chef du service de radiothérapie, c’est une technique d’avenir: «Le patient après une intervention sous hypnose est rapidement en forme. La reprise d’une activité est possible dans les jours qui suivent l’intervention. Et, il a la satisfaction d’avoir participé activement au traitement»

Une révolution au bloc

A l’heure où la chirurgie se fait moins invasive et où se raréfient les opérations sous anesthésie générale, l’hypnose a investi l’hôpital dans l’accompagnement des soins douloureux ou des opérations dites «légères»: gynécologie, dermatologie, orthopédie, ablation de la tyroïde, tumeurs de la gorge, chirurgie mammaire, abdominale, thoracique… Elle peut être utilisée seule, en association avec une anesthésie locale ou combinée avec des médicaments antidouleur et/ou des anxiolytiques. On parle alors d’hypnosédation ou d’hypnoanalgésie. L’objectif étant de trouver l’association la mieux adaptée pour chaque patient.  Avec des bénéfices tangibles: réduction de la consommation d’antalgiques et des complications postopératoires, des nausées, vomissements et autres inconforts conséquents à l’anesthésie et à l’intubation. Un vrai gain de confort pour l’opéré et une diminution notable du stress. 

Au CHU de Nîmes, les coloscopies autrefois effectuées sous anesthésie générale le sont aujourd’hui sous hypnoanalgésie. «Dans 25% des cas, nous n’avons recours à aucun anesthésiant et dans 75% à de très faibles doses à des moments critiques», rapporte Guylaine Tran anesthésiste-réanimateur. L’établissement emploie aussi régulièrement cette technique pour la pose de chambres implantables dans le cadre des chimiothérapies: 600 de ces interventions ont été réalisées sous hypnose au cours des trois dernières années. Le service d’hématologie du CHU de Caen pratique lui sous hypnose des biopsies ostéomédullaires (très douloureuses). 

Au CHU de Rouen, l’hypnose est intégrée et utilisée au sein de l’unité du sommeil depuis plus de quinze ans. Elle a entre-temps essaimé de nombreux services. Cette technique est proposée aujourd’hui, par le biais d’une consultation dédiée, pour de nombreuses interventions, comme celle de la cataracte par exemple. L’apprentissage de l’autohypnose est du reste dispensé au centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) associé à l’établissement. «L’hypnose ne sera jamais un anticancéreux, un antibiotique ou un culot globulaire, mais elle pourra faciliter grandement leur efficacité et leur tolérance», relève le Dr Delphine Provost anesthésiste-réanimateur au CHU de Rouen 

Les enfants d’abord !

La pratique de l’hypnose a vite trouvé un très large écho en pédiatrie. Elle est particulièrement adaptée au profil des jeunes patients. Les études montrent que les enfants entre 6 et 14 ans sont les sujets les plus réceptifs à cette technique. De plus, leur stress en arrivant au bloc augmente leur suggestibilité. Initié en 2012 au CHU de Bordeaux, le recours à l’hypnose a apporté un confort inédit à la centaine de jeunes patients atteints de cancer pris en charge chaque année par l’unité d'Oncologie et Hématologie pédiatrique. «Au cours de leur traitement en oncologie pédiatrique, les enfants sont confrontés à de multiples douleurs liées à la maladie, mais aussi plus fréquemment provoquées par les soins: examen de moelle, ponction lombaire, pose de sondes, pansements…, observe le Pr Yves Perel, chef du pôle pédiatrie. Or la prise en charge médicamenteuse peut être insuffisante, particulièrement sur la composante anxieuse de la douleur»

Grains de beauté congénitaux, lésions dermatologiques. Ces interventions superficielles sont désormais réalisées avec succès sous hypnoanalgésie à l’hôpital Lapeyronie de Montpellier. Plus d’une soixantaine d’enfants de 6 à 15 ans ont été opérés dans ces conditions.

Au CHU de Saint-Etienne, l’hypnose se pratique en hôpital de jour médico-chirurgical de pédiatrie depuis mai 2013 et depuis décembre 2015 au sein des blocs opératoires.

A l’hôpital Trousseau à Paris, l’hypnose a trouvé sa place au sein de l’unité ambulatoire de traitement de la douleur au rang des «techniques de distraction». Une salle «Zen» avec une alcôve dédiée a même été récemment inaugurée pour permettre aux enfants d’arriver en salle d’opération le plus sereins possible.

Au CHU de Nîmes, l’usage de l’hypnose est devenu presque systématique pour les soins prodigués aux enfants. «Cela a vraiment changé ma pratique, confie le Pr Tu Anh Tran, chef du service de pédiatrie. Ils se sentent en confiance, sont plus calmes et nous avons moins recours aux médicaments. Une étude est d’ailleurs en cours aux urgences pédiatriques pour évaluer la possibilité d’utiliser l’hypnose comme alternative au MEOPA (gaz hilarant) pour les sutures, comme c’est le cas jusqu’à présent»

L’hypnose suscite aussi un engouement dans les maternités. Au sein du secteur d’obstétrique du CHU de Clermont-Ferrand, infirmières-anesthésistes, chefs et internes y ont recours quotidiennement pour accompagner la pose de péridurale ou les césariennes. «C'est une activité nouvelle extrêmement motivante de par le lien qu'elle génère avec le patient et le confort et la grande satisfaction qu'elle lui apporte. Nous avons d'excellents retours et une demande croissante», témoigne Martine Bonnin, anesthésiste-réanimateur. 

Opérer le cerveau sous hypnose

L’hypnose est utilisée depuis plusieurs années au CHU de Tours en neurochirurgie pour la résection de tumeurs cérébrales. Le Dr Ilyess Zemmoura, neurochirurgien et le Dr Éric Fournier, anesthésiste du CHU de Tours ont été les premiers en France à valider une autre solution: l'emploi de l'hypnose pour remplacer l’anesthésie générale dans ce type d’interventions.

L’équipe d’ORL du CHU fait aussi bénéficier les patients de cette approche novatrice pour la chirurgie de la thyroïde et des glandes parathyroïdes. Ces interventions comportent un risque non négligeable de lésion des nerfs qui font bouger les cordes vocales. L’opération sous hypnose permet de contrôler à tout moment la voix du patient lorsque l’on arrive au contact de ces nerfs et donc de limiter le risque de les léser. Par ailleurs, le fait de ne pas avoir d’anesthésie générale permet une récupération plus rapide en postopératoire. Cette chirurgie peut alors être réalisée en ambulatoire. 

La pratique de l’hypnose gagne aussi du terrain au CHU de Lille, en accompagnement des accouchements à la maternité Jeanne de Flandre, dans le traitement des douleurs chroniques ou en appoint dans divers autres services. «De plus en plus de personnels soignants s’y forment et s’y essaient», remarque le Dr Sandrine Morell-Dubois du service de médecine interne de l’hôpital Huriez qui a pris une part active à cette diffusion. 

Des photos d’animaux pour distraire la douleur

Au CHU de Besançon, plusieurs services de soins ont désormais recours à l’hypnose, notamment ceux d’anesthésie et traumatologie. Ce dernier a ainsi vu naître fin 2016 une initiative originale. Passionné de photographie animalière, le Dr Séverin Rochet, qui exerce dans le service, a mis son talent au service des patients en exposant une vingtaine de photos d'animaux sur les murs des urgences et du service de consultations de chirurgie orthopédique et traumatologique. Renard, hermine, bouquetin, guêpiers, écureuil... attirent le regard.  Efficace pour détourner l'attention du patient quand on pratique un geste médical douloureux.  

Une autre relation soignant-patient

Efficace contre l’anxiété, l’hypnose améliore non seulement le confort des patients mais aussi celui des soignants. Le bloc opératoire se réhumanise et gagne en sérénité. Une enquête menée au sein des hôpitaux parisiens de la Pitié-Salpêtrière et Cochin montre que cette pratique réduit le risque de burn-out dont la prévalence est élevée au sein des services d’anesthésie-réanimation et augmente le sentiment d’accomplissement personnel . 

Anesthésistes, urgentistes, médecins, infirmiers ou aides-soignants, tous services confondus, sont de plus en plus nombreux à vouloir s’y initier. Au CHU de Bordeaux, les formations à l’hypnose médicale ont été mises en place depuis 2007 (DU d’Hypnose médicale et thérapeutique et formation en interne). Aujourd’hui, ce sont plus de 500 soignants formés au CHU qui pratiquent l’hypnose, essentiellement en anesthésie, pédiatrie, gériatrie et odontologie.

Au CHU de Grenoble, le personnel du SAMU est systématiquement formé et la demande émanant des autres services ne cesse d’augmenter. «Depuis 2013, un peu plus de 200 agents suivi une formation et environ 150 sont prévues cette année. De plus, les demandes d’information sont tellement nombreuses que nous avons dû créer un site intranet pour y répondre», rapporte le Dr Caroline Maindet du Pôle Anesthésie-Réanimation. 

Au CHU de Lille, la formation à l’hypnose tend à se développer et s’intègre désormais aux projets de service ou de pôle comme par exemple aux urgences, dans les pôles d’imagerie, enfant, femme, mère nouveau-né… Un clip vidéo de sensibilisation même été réalisé à l’occasion à l’occasion de la Journée Mondiale de la Douleur 2016.

Depuis 2014, 90 membres du personnel paramédical du CHU ont été formés et/ ou sensibilisés à la pratique de l’hypnose: formations diplômantes  de plus de 200 heures, initiations en 7 heures, séances d’information. L’essentiel des formations portent sur prise en charge psychologique dans le cadre de thérapies réalisées par les  psychologues ou psychiatres, l’hypnoanalgésie et hypnose conversationnelle utilisées par les kinés, IDE, IADE, sages-femmes, puéricultrices, AS, manipulateurs radio d’une part pour la douleur et l’anxiété provoquées par les soins ou les examens et pour favoriser «l’alliance thérapeutique patient/professionnel» en situation aigue, conflictuelle, potentiellement anxiogène, en cas d’annonce de diagnostic, etc. 

Les enjeux de la formation

Au CHU de Besançon, une dizaine d’infirmiers anesthésistes sont aussi ainsi formés initiés à la communication thérapeutique au sein du pôle anesthésie pour renforcer la relation de confiance «patient-soignant». Pour Mireille Martenot, cadre supérieure: «C’est un réel changement dans la façon de communiquer avec le patient, on l’amène petit à petit à se focaliser sur une situation ou un endroit où il se sent bien, et c’est autour de ses réponses, qui ne sont jamais orientées, que se développe sa prise en charge». Dans ce même esprit, au CHU de Saint-Etienne, un plan de formation à l’hypnoanalgésie est organisé pour les services de pédiatrie du pôle mère/ enfant.

Au CHU de Nice, l’enseignement universitaire de l’hypnose a été initié à  la rentrée 2014 (DU Hypnose médicale et formation à la pratique de l’hypnose thérapeutique). Il a permis la formation d’une quarantaine de soignants par an, essentiellement médecins et dentistes. S’y associent des formations institutionnelles pour toute catégorie de soignants, dont certaines organisées par l’Association azuréenne d’Hypnose ( AAH Dr Nadine Memran) et qui forment environ 30 soignants par an.

En parallèle, s’est également créé au CHU un Observatoire des médecines non conventionnelles (OMCNC) dont un groupe de travail, piloté  par le Dr Véronique Mondain et  le Dr Pascal Delaunay, est consacré spécifiquement à l’hypnose. L’enjeu étant de développer des recherches afin de valider l’utilisation de ces techniques au sein des CHU. Premier sujet proposé, à l’initiative du Dr Mondain: «L’hypnose, outil thérapeutique pour la prise en charge des cystites récidivantes».  Le groupe organise en outre un certain nombre de rencontres pour sensibiliser le personnel soignant. Son objectif se définit selon trois axes de travail autour de l’hypnose : respectivement sur le soin (traçabilité, organisation), la formation (nouvelles propositions de formation plus « light sur 2 jours, très ouverte, et en particulier à tous les étudiants en médecine, et la recherche (notamment recherche infirmière). 

Un cycle de conférences grand public complète cette initiative. La première est prévue en janvier 2018 avec un grand nom et pionnier de l’hypnose médicale en France: le Dr Jean Becchio.

Betty Mamane

A lire pour en savoir plus: «Les fabuleux pouvoirs de l’hypnose», Betty Mamane, éditions Belin, Paris, 2017

*AP-HP, Besançon, Bordeaux, Caen , Clermont-Ferrand , Grenoble, Hospices Civils de Lyon , Lille, Montpellier, Nice, Nîmes, Rouen, Saint-Etienne, Tours


Catégorie : Initiatives - confort - bien-être, Anesthésie - Réanimation, Chirurgie - Chirurgie ambulatoire, Lutte contre la douleur, Pédiatrie, Maternité - nouveau né - pédiatrie, Ressources humaines - Enseignement, Réseau CHU, Newsletter 919 - 2/01/2018

Pour plus d’information : Réseau CHU

  • Marie-Georges FAYN / Betty MAMANE,

    GROUPE PROFESSION SANTE
    1 rue Augustine Variot
    92245 Malakoff

  • Email : infos@reseau-chu.fr

    Standard : 01 78 12 21 92


Les commentaires pour cet article :


Pas de commentaire

Ajouter un commentaire


L’afflux de spams et de messages publicitaires rend obligatoire l’insertion de filtres. Pour que cet espace continue à bien remplir sa fonction de passerelle entre les internautes et les institutions, nous vous invitons à remplir les cadres ci-dessous ainsi que le code qui figure dans l'image avant de nous transmettre votre commentaire. Merci de votre compréhension.



*



*

*



*


* - champ obligatoire

Voir les règles de l'espace réaction

newsletter la carte des CHU

Welcome to France University Hospitals

Se faire soigner dans un CHU de France

reseau-chu international

32 établissements de pointe
vous accueillent

picto reseau-chu international

Les rendez-vous santé

  • 21 mai - 22 mai : journée européenne de l'obésité
  • 23 mai : journée nationale Mission mains propres
  • 24 mai - 30 mai : semaine internationale de la thyroïde
  • 26 mai : journée mondiale de la sclérose en plaques
  • 27 mai : journée nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau
Voir toutes les dates ...
1ère mondiales médicales les chu en 2020 culture et sante La communication des CHU Article les plus lus publications de reseau-chu offre emploi dans le médicale soumettre un article

Mis à jour le :  19-05-2019