Les directeurs d’hôpital choqués par la diffusion des fiches expliquent tout l’enjeu d’une démarche de qualité

L'Association nationale des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH) s'est dite "particulièrement choquée par l’instrumentalisation du système des « fiches de signalement des événements indésirables" (FEI) survenue à Toulouse ». Dans un communiqué en date du 12 avril 2018 signé de son Président, Frédéric Boiron, et de son Bureau, l'ADH condamne le procédé qui "montre une totale méconnaissance des réalités hospitalières et des politiques de qualité mises en place dans les CHU et les hôpitaux publics". "Les auteurs de cette prétendue fuite ne font que porter gravement atteinte à l’hôpital, au mépris des personnels qui y exercent et des patients qui y sont accueillis".
L’Association nationale des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH) s’est dite "particulièrement choquée par l’instrumentalisation du système des « fiches de signalement des événements indésirables" (FEI) survenue à Toulouse ». Dans un communiqué en date du 12 avril 2018 signé de son Président, Frédéric Boiron, et de son Bureau, l’ADH condamne le procédé qui "montre une totale méconnaissance des réalités hospitalières et des politiques de qualité mises en place dans les CHU et les hôpitaux publics". "Les auteurs de cette prétendue fuite ne font que porter gravement atteinte à l’hôpital, au mépris des personnels qui y exercent et des patients qui y sont accueillis".  
L’ADH se joint aux Conférences nationales des CHU, à la Fédération Hospitalière de France, pour apporter son total soutien à la gouvernance et aux personnels du CHU de Toulouse. Elle rappelle que le système des FEI est mis en place dans la quasi-totalité des établissements de santé, dans une logique de qualité au bénéfice des patients. 

Identifier les risques pour les prévenir relève d’une politique de qualité moderne

Les prises en charge médicales et hospitalières sont évidemment des activités à risques. L’important, selon l’ADH, n’est pas de les nier, mais de s’organiser au mieux pour les prévenir et, lorsque des incidents surviennent, de les traiter et les faire cesser. 
La politique qualité moderne se fonde justement sur le bon repérage de ces « événements indésirables », pour en assurer la traçabilité, le traitement, le retour d’expérience, pour progresser dans l’intérêt des patients. 

Evénements indésirables : il ne s’agit pas de blâmer mais de comprendre ensemble

Dans cet esprit, depuis des années les hôpitaux ont mis en place des politiques de « non sanction » : lorsqu’un incident survient, hors d’un comportement fautif, on ne cherche pas des responsables mais on s’emploie à comprendre les causes pour adapter l’organisation.   
Ces Fiches permettent ainsi à tout agent hospitalier, quel que soit son métier, de participer à la démarche. Elles permettent aussi de préserver l’anonymat de ceux qui le souhaitent. Il s’agit d’une politique ouverte, positive, animée par la volonté de progresser et non de « cacher » quoi que ce soit. Ce sont évidemment des documents internes. 
Cette prétendue « fuite » illustre "les excès de « l’hôpital-bashing » qui perd tout lien avec la réalité". 
Et de conclure "Les auteurs de cette diffusion devraient s’inspirer pour eux-mêmes des techniques d’assurance-qualité pour la conduite de leurs activités à l’avenir". 
________
En savoir plus sur l’Association des directeurs d’hôpital
Fondée en 1961, l’Association s’est donnée pour mission de renforcer les liens de camaraderie et de solidarité interprofessionnels, de défendre et promouvoir les intérêts de la fonction de direction tout en garantissant une neutralité politique, religieuse, culturelle et syndicale. Au fil des ans l’Association a structuré son activité autour de la formation et de l’animation de réseaux, tout en favorisant le développement d’échanges et de débats.
L’ADH détient une forte représentativité socio-professionnelle et géographique : Directeurs d’hôpital adhérents 34% sont chefs d’établissement (directeurs, directeurs généraux de CHU, directeurs d’ARH), 60% sont adjoints 6% en cours de formation (élèves directeurs d’hôpital EDH). A son actif des enquêtes inédites sur la procédure d’évaluation ; la vision du métier ; la « fusion des corps » ; l’égalité femmes-hommes, la perception des membres des conseils de surveillance.
Tous les ans, l’ADH organise des journées nationales au Parc Floral de Vincennes, les XXVIes se sont tenues les 15 et 16 mars derniers 

http://www.adh-asso.org/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.