Les experts du monde des nanotechnologies se donnent rendez-vous à Angers

Du 27 au 29 août 2014, les experts mondiaux des médicaments de demain se retrouveront à Angers pour leur congrès international « Translational nanomedicine ». Pharmaciens et médecins... les meilleurs spécialistes au monde, au rang desquels figurent des équipes du CHU d'Angers, se mobiliseront pour faciliter le transfert vers le patient des médicaments issus des nanotechnologies (nanomedecine en anglais) – les premiers bénéficiaires de ces progrès sont les malades souffrant d’un cancer ou d’une pathologie infectieuse

Du 27 au 29 août 2014, les experts mondiaux des médicaments de demain se retrouveront à Angers pour leur congrès international « Translational nanomedicine ». Pharmaciens et médecins… les meilleurs spécialistes au monde, au rang desquels figurent des équipes du CHU d’Angers, se mobiliseront pour faciliter le transfert vers le patient des médicaments issus des nanotechnologies (nanomedecine en anglais) – les premiers bénéficiaires de ces progrès sont les malades souffrant d’un cancer ou d’une pathologie infectieuse.

Or pour qu’ils reçoivent ces thérapeutiques prometteuses, les scientifiques et les laboratoires doivent lever les barrières qui limitent leur mise sur le marché. L’écart entre les milliers de publications scientifiques et les quelques médicaments disponibles aujourd’hui pour le patient donne un idée du travail qui reste à accomplir.
Cette rencontre représente une nouvelle opportunité, pour les équipes de recherche angevines, de valoriser leurs travaux à l’échelle internationale. Le Pr. Jean-Pierre Benoît, responsable du laboratoire micro et nanomédecine biomimétique (Mint) et le Pr. Frédéric Lagarce, tous deux pharmaciens et praticiens au CHU d’Angers président ce congrès. Leurs recherches s’appuient sur leur pratique de médecins hospitaliers ; une configuration rare dans le paysage des laboratoires de nanotechnologies et un atout majeur pour faciliter le passage à la recherche clinique.
Technologies vertes, stratégie de brevets… des experts internationaux pour chaque thématique
Diverses sessions traiteront des résultats cliniques et précliniques, des technologies vertes pour obtenir des produits innovants mais respectueux de l’environnement, des technologies émergentes qui seront le futur des nanomédicaments, des aspects réglementaires avec une table ronde comprenant des membres des agences de santé françaises et belge, de la translation* proprement dite du laboratoire vers le patient. Enfin, des témoignages d’industriels sur leur expérience de développement pharmaceutiques viendront enrichir une session thématique autour de la stratégie des brevets. La dernière session concerne les modèles précliniques à mettre en œuvre pour évaluer ces nouveaux médicaments.
Ce congrès international, organisé par le CHU et l’Université d’Angers, avec le soutien de la Ville, Angers Loire Métropole, la Région réunira environ 150 scientifiques des 5 continents. La parole sera donnée aux experts du Royaume-Uni, des Etats-Unis, d’Afrique du Sud, d’Irlande, d’Espagne, du Brésil, d’Egypte mais aussi d’Angers avec des représentants du monde hospitalier, universitaire et entrepreneurial.
Le programme détaillé sur http://www.transnanomedicine.com/,
Les inscriptions sont encore possibles. En plus des interventions orales lors des sessions, environ 50 posters scientifiques permettront de mieux appréhender les derniers résultats des chercheurs.
Applications concrètes à Angers
La société angevine Carlina Technologies développe des nanocapsules qui miment les lipoprotéines de l’organisme (des molécules transportant des lipides) et sont donc très bien tolérées. Plusieurs programmes sont en cours de développement pour lancer des médicaments dans le cadre du traitement de cancers ou bien en diabétologie. Cette société met au point des nanomédicaments et procède à l’évaluation clinique avant de monter le dossier d’autorisation pour les premiers essais cliniques chez l’homme. Des développements sont aussi en cours en médecine vétérinaire.
Angers, capitale du végétal allie expertises botanique et pharmaceutique dans le projet d’Angélique Montagu. Cette scientifique de l’Université d’Angers travaille sur l’encapsulation d’huiles essentielles pour le traitement des maladies nosocomiales. Elle présentera les objectifs de son étude au cours de la session du congrès dédiée aux technologies vertes.
*Par translation il faut entendre le passage de la recherche fondamentale à la recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.