Les femmes satisfaites de leur travail de nuit

Mieux connaître le travail de nuit, tel était l'objectif de l'équipe du service de remplacement de nuit. Pour mener à bien ce projet, un questionnaire a été élaboré et remis à 220 personnes. Le taux de réponse exceptionnel (84,1%) montre l'intérêt accordé à cette étude...

Mieux connaître le travail de nuit, tel était l’objectif de l’équipe du service de remplacement de nuit. Pour mener à bien ce projet, un questionnaire a été élaboré et remis à 220 personnes. Le taux de réponse exceptionnel (84,1%) montre l’intérêt accordé à cette étude.

Même si tous les agents n’ont pu être interrogés pour des raisons de délai, cette enquête apporte une excellente photographie de la réalité du travail de nuit.


994 agents participent au travail de nuit soit 17,2 3% de l’effectif.

La population soignante de nuit est constituée de 62,2 % d’infirmières et de 36,8 % d’aides soignantes.

Une grande majorité de femmes de plus de 30 ans
85,4 % sont des femmes
77,9% ont plus de 30 ans, 52,3% ont plus de 40 ans et 13,5% ont plus de 50 ans.

Le travail à temps partiel
63,2% travaillent à temps plein
34,1% travaillent à temps partiel.

Ne les appelez plus veilleuses de nuit !
Plus de 78.4% souhaitent dire « je suis de nuit » plutôt que « je suis de veille ». La veille est un terme péjoratif qui ne rend pas compte de la continuité du travail.

97,3 % de personnes satisfaites d’être de nuit
Les raisons évoquées sont celles du rythme de travail plus régulier qui leur permet de concilier à la fois leur vie professionnelle et personnelle.
Pour 3,2 % d’entre eux, ce n’est pas un choix, cela constitue un passage obligé avant la « stagiairisation » ou lors d’une mutation. 71,4 % des soignants de nuit n’a pas le projet de postuler de jour. 27,6 % l’envisagent parce que le rythme, la relation au malade, l’organisation leur donneraient plus de satisfaction.

Les personnels de nuit s’impliquent dans la vie institutionnelle
Seulement 7,6% ne participent jamais aux réunions de service. 26,1% d’entre eux viennent souvent aux réunions et 58% parfois.

Les équipes de nuit sont attentives aux comptes rendus
34,5% les ont toujours à disposition
53,8% les ont souvent et parfois
10,1% disent ne les avoir jamais.

67,6 % se déclarent bien adaptés au rythme de nuit

Qualité du sommeil.
La qualité de leur sommeil est « satisfaisant » pour 50,3% des soignants de nuit entre deux nuits de travail. Ce chiffre passe à 40,5% entre deux nuits de repos

Prise de somnifère
81,6% ne prennent pas de somnifère et arrivent à réguler leur sommeil naturellement.
5,1% déclarent en prendre régulièrement. (18,4% en tout si l’on compte ceux qui en prennent de manière irrégulière.)
31,09% font une sieste avant leur première nuit, 47,90% n’en font pas.

Durée du sommeil
La durée moyenne de sommeil, entre deux nuits, oscille entre 5 et 7 heures pour 65,4% d’entre eux, et 5 heures pour 14,6%.

Les repas
90,9% des soignants prennent un repas complet le soir avant une nuit de travail. La majorité fait une autre repas complet vers 2H du matin pour garder un bon niveau de vigilance entre 1 et 3 heures .
Certains gardent leur rythme de jour au niveau des repas, d’autres au contraire font un petit déjeuner à 15-16 heures, prennent un repas complet à 19 heures puis un autre repas ou collation vers 2 heures. 29,1% font un petit déjeuner vers 7 heures juste avant d’aller se coucher car ils estiment que cela facilite leur sommeil.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.