Les fondements d’un futur établissement public territorial

Le 30 avril 2008, le Conseil d'Administration de l'Hôpital Local du Mont-Dore a approuvé le projet de convention de direction commune avec le CHU de Clermont-Ferrand. En optant pour une direction commune avec le CHU, le conseil d'administration a inscrit l'avenir de l'Hôpital Local du Mont-Dore sous le signe du développement des soins et de leur évaluation, sans nuire aux nombreux partenariats de proximité ni à l'activité médico-sociale.

Ajoutée aux conventions passées avec les Centres Hospitaliers de Riom et de Clémentel, cette nouvelle organisation dessine les contours du futur établissement public territorial du Grand Clermont et même du Grand Clermont-Issoire si l’on intègre la convention de direction commune passée avec le Centre Hospitalier d’Issoire.

l’Hôpital Local du Mont-Dore a pour particularité d’intervenir à deux niveaux, dans le cadre de filières graduées de soins permettant une prise en charge au niveau adéquat (HL, CH, CHU) et selon un maillage de proximité qui préserve le maintien à domicile.

Aux origines de la convention de direction commune : le souci de stabiliser la direction et son rattachement à un établissement référent
Depuis 10 ans, l’Hôpital Local du Mont-Dore a connu trois périodes de direction plénière – la plus longue ayant duré deux ans et demi- et quatre périodes d’intérim, assurées par différents directeurs du CHU de Clermont-Ferrand. Ce turn-over directorial explique le retard pris dans l’élaboration du projet d’établissement et la mise aux normes de la sécurité incendie. Cette instabilité a aussi nuit au management de l’Hôpital et généré un climat de travail difficile. A la demande de l’Agence Régionale de l’Hospitalisation d’Auvergne (ARH), l’Hôpital a donc choisi de stabiliser sa direction en partenariat avec le CHU de Clermont-Ferrand. Ce rapprochement permet d’élaborer un projet d’établissement en cohérence avec les autres structures relevant du futur établissement public territorial du Grand Clermont-Issoire.

La convention tient compte des particularités de l’hôpital local et les renforce
Un ancrage fort de la médecine libérale : comme dans l’immense majorité des hôpitaux locaux, la médicalisation des différents services est assurée par des médecins généralistes libéraux, qui hospitalisent « leurs » patients. Or, à l’Hôpital Local du Mont-Dore, la médicalisation des Services de médecine (20 lits) et de Soins de Suite et de Réadaptation (20 lits, devant être augmentés à 30 lits) relève des Praticiens Hospitaliers. Tandis qu’en Service de Long Séjour (20 lits devant être augmentés à 30 lits) un médecin généraliste libéral ayant un statut d’Attaché Hospitalier suit les patients. Le partenariat médical avec le CHU de Clermont-Ferrand permet à l’Hôpital Local du Mont-Dore de bénéficier de deux Praticiens Hospitaliers, issus du CHU.

Autre caractéristique : l’Hôpital Local du Mont-Dore assure une médecine thermale dispensée par les médecins généralistes libéraux, et prend en charge la santé des touristes, hiver comme été. Par ailleurs, l’activité — devenue résiduelle — d’hébergement thermal adulte a été arrêtée en août 2006. L’établissement a ainsi rompu avec son origine historique. Cette évolution sera encore conforté par la création à l’Hôpital Local d’une maison médicale et paramédicale.

Troisième particularité : les médecins spécialistes libéraux, ayant un statut d’Attachés, assurent des consultations de spécialités (Cardiologie, Dermatologie, Ophtalmologie, Phlébologie). Sur ce point, l’Hôpital Local du Mont- Dore devance l’évolution souhaitée aujourd’hui pour les Hôpitaux Locaux, grâce au partenariat avec le CHU de Clermont-Ferrand. Le statut d’Hôpital Local n’autorisant pas jusqu’à présent la possibilité de salarier des médecins Attachés de spécialité, les Hôpitaux Locaux ne proposent pas, en général, de consultations de spécialités avec des médecins Attachés. La convention de direction commune devrait permettre de renforcer le pôle de consultations avancées de spécialités.

Quant au plateau technique, il comporte une pharmacie à usage intérieur placée sous la responsabilité d’un Praticien Hospitalier pharmacien temps partiel, un laboratoire d’analyses biologiques dirigé par un Praticien Hospitalier biologiste temps partiel et une radiologie conventionnelle assortie d’une convention de télétransmission avec avis de médecin spécialiste en Radiologie. Là encore, l’Hôpital Local du Mont-Dore fait office de précurseur. La convention de direction commune devrait optimiser l’utilisation de ce plateau technique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.