Les grands désordres des corps auscultés par la psychanalyse

Soigner c’est aussi repenser encore et toujours le sens du soin. A l’heure où les progrès fulgurants de la technique entretiennent l’idéal d’un « tout possible » que devient la rencontre patient-médecin ? Va-t-elle laisser la place aux injonctions thérapeutiques ? Comment parler alors des limites de la médecine ? Comment retrouver la singularité de l’être ? Est-il possible de sortir d’un discours commun et de se faire inventeur d’un lien social nouveau ? Ces questions seront au cœur du 1er colloque Psychanalyse & médecine « Le grand désordre dans les corps » organisé par les Dr David Briard, pédiatre et Emmanuelle Borgnis-Desbordes, psychanalyste, vendredi 13 avril 2018, à Rennes.
Soigner c’est aussi repenser encore et toujours le sens du soin. A l’heure où les progrès fulgurants de la technique entretiennent l’idéal d’un « tout possible » que devient la rencontre patient-médecin ? Va-t-elle laisser la place aux injonctions thérapeutiques ? Comment parler alors des limites de la médecine ? Comment retrouver la singularité de l’être ? Est-il possible de sortir d’un discours commun et de se faire inventeur d’un lien social nouveau ? Ces questions seront au cœur du 1er colloque Psychanalyse & médecine « Le grand désordre dans les corps » organisé par les Dr David Briard, pédiatre et Emmanuelle Borgnis-Desbordes, psychanalyste, vendredi 13 avril 2018, à Rennes.
« Le corps ne se réduit pourtant pas à un organisme : une subjectivité le traverse, une subjectivité qu’aucun progrès scientifique ne suffira à saturer. Le monde médical se voit aujourd’hui divisé entre d’un côté, les progrès de la science qui s’appliquent à la pratique, et de l’autre, des demandes de plus en plus exigeantes auxquelles les médecins ne peuvent plus répondre sans un discernement éthique que nous tenterons d’éclairer lors de cette journée. » propose le Dr Docteur David Briard.
Cette rencontre s’adresse aux médecins, infirmières, internes, externes… et professionnels « psy »  travaillant étroitement avec le corps médical. En appui à leurs réflexions, trois thématiques cliniques seront abordées : la différence des sexes, l’anorexie mentale et la chirurgie plastique et développées par le Pr François Ansermet, pédopsychiatre, membre du comité consultatif national d’éthique, psychanalyste à Genève et membre de l’École de la Cause Freudienne, avec le Dr Stéphanie Ferron-Bernat, endocrinologue à Nantes et le Dr Muriel Poupon, chirurgien esthétique à Annecy
Contact : ‘ 02.23.30.27.64 7 02.23.30.27.66 * href= »mailto:ime.rennes@wanadoo.fr ». Retrouvez les informations en cliquant sur ce lien et inscrivez vous à la newsletter pour suivre la préparation du colloque.
http://www.associationcausefreudienne-vlb.com/rennes-st-malo-st-brieuc-laval-brest-quimper/rennes/medecine-et-psychanalyse-rennes-2/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.