Les grands désordres des corps auscultés par la psychanalyse

Soigner c’est aussi repenser encore et toujours le sens du soin. A l’heure où les progrès fulgurants de la technique entretiennent l’idéal d’un « tout possible » que devient la rencontre patient-médecin ? Va-t-elle laisser la place aux injonctions thérapeutiques ? Comment parler alors des limites de la médecine ? Comment retrouver la singularité de l’être ? Est-il possible de sortir d’un discours commun et de se faire inventeur d’un lien social nouveau ? Ces questions seront au cœur du 1er colloque Psychanalyse & médecine « Le grand désordre dans les corps » organisé par les Dr David Briard, pédiatre et Emmanuelle Borgnis-Desbordes, psychanalyste, vendredi 13 avril 2018, à Rennes.
Soigner c’est aussi repenser encore et toujours le sens du soin. A l’heure où les progrès fulgurants de la technique entretiennent l’idéal d’un « tout possible » que devient la rencontre patient-médecin ? Va-t-elle laisser la place aux injonctions thérapeutiques ? Comment parler alors des limites de la médecine ? Comment retrouver la singularité de l’être ? Est-il possible de sortir d’un discours commun et de se faire inventeur d’un lien social nouveau ? Ces questions seront au cœur du 1er colloque Psychanalyse & médecine « Le grand désordre dans les corps » organisé par les Dr David Briard, pédiatre et Emmanuelle Borgnis-Desbordes, psychanalyste, vendredi 13 avril 2018, à Rennes.
« Le corps ne se réduit pourtant pas à un organisme : une subjectivité le traverse, une subjectivité qu’aucun progrès scientifique ne suffira à saturer. Le monde médical se voit aujourd’hui divisé entre d’un côté, les progrès de la science qui s’appliquent à la pratique, et de l’autre, des demandes de plus en plus exigeantes auxquelles les médecins ne peuvent plus répondre sans un discernement éthique que nous tenterons d’éclairer lors de cette journée. » propose le Dr Docteur David Briard.
Cette rencontre s’adresse aux médecins, infirmières, internes, externes… et professionnels « psy »  travaillant étroitement avec le corps médical. En appui à leurs réflexions, trois thématiques cliniques seront abordées : la différence des sexes, l’anorexie mentale et la chirurgie plastique et développées par le Pr François Ansermet, pédopsychiatre, membre du comité consultatif national d’éthique, psychanalyste à Genève et membre de l’École de la Cause Freudienne, avec le Dr Stéphanie Ferron-Bernat, endocrinologue à Nantes et le Dr Muriel Poupon, chirurgien esthétique à Annecy
Contact : ‘ 02.23.30.27.64 7 02.23.30.27.66 * href= »mailto:ime.rennes@wanadoo.fr ». Retrouvez les informations en cliquant sur ce lien et inscrivez vous à la newsletter pour suivre la préparation du colloque.
http://www.associationcausefreudienne-vlb.com/rennes-st-malo-st-brieuc-laval-brest-quimper/rennes/medecine-et-psychanalyse-rennes-2/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.