Les HCL agréés « Hébergeur de données de santé »

Les Hospices Civils de Lyon (HCL) viennet d'obtenir l’agrément du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé pour être hébergeur de données à caractère médical et personnel produites par des tiers (imagerie, dossiers patients…). Jusque là, les HCL hébergeaient uniquement les données de leurs patients. Aujourd’hui, l’autorisation s’étend à d'autres structures de santé.

Les Hospices Civils de Lyon (HCL) viennet d’obtenir l’agrément du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé pour être hébergeur de données à caractère médical et personnel produites par des tiers (imagerie, dossiers patients…).  Jusque là, les HCL hébergeaient uniquement les données de leurs patients. Aujourd’hui, l’autorisation s’étend à d’autres structures de santé.
Dans un premier temps, les HCL hébergeront les logiciels et les données patients du Système d’Information de Santé Régionale (SISRA) et du logiciel d’orientation des patients de courte durée en Soins de Suite et Réadaptation Trajectoire, développé dans leurs murs et en cours de déploiement dans 15 régions de France.
Au-delà d’une réponse apportée aux structures de santé ne pouvant pas, pour des raisons financières ou techniques, héberger elles-mêmes leurs données médicales, l’hébergement de ces données au sein des HCL présente un intérêt majeur pour les professionnels de santé de la région. Le stockage des données patients au sein de datacenters* sécurisés facilitera la collaboration entre les hôpitaux de la région pour un meilleur suivi du parcours du patient.
Les HCL figurent parmi les CHU à bénéficier d’un système d’exploitation hautement sécurisé. Ils disposent de 2 datacenters regroupant l’ensemble des serveurs et logiciels conservant des données médicales, en fonctionnement 24h/24. Les données sont synchronisées en temps réel dans les 2 salles. Grâce à l’agrément obtenu, les HCL peuvent également fournir uniquement une solution dite back-up de sauvegarde aux structures intéressées.
Pour obtenir cet agrément les HCL ont dû satisfaire aux critères de performance et de sécurisation des données, conformément au décret ministériel du 4 janvier 2006 visant à garantir la sécurité des données personnelles de santé lorsqu’elles sont hébergées par un organisme distinct du professionnel ou de l’établissement de santé qui soigne le malade. Une reconnaissance qui couronne deux ans de travail des équipes informatiques des HCL, coordonnées par leur officier de Sécurité, Michel Fleckinger, et le responsable Qualité, Georges Hérent.
Depuis 2005, le CHU a entrepris de déployer très largement l’informatique dans ses unités de soins, avec la mise en place d’un programme ambitieux mais nécessaire de sécurisation des infrastructures, de gestion des incidents, de mise en place de procédures, etc.
*Salle informatique répondant à des conditions de contrôle d’accès, de protection énergétique et incendie, et garantissant la disponibilité des accès par le réseau.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.