Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg certifiés

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de certifier les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg après une visite de 3 semaines menée en mars 2009 par 6 experts-visiteurs. Sur l'ensemble des 309 critères, la HAS a relevé 156 critères satisfaits et 102 critères en grande partie satisfaits soit 83% de l'ensemble des critères. La HAS demande aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg de s'améliorer significativement sur 10 points qui feront l'objet d'une visite de suivi et formule 30 recommandations à poursuivre la dynamique d'amélioration des pratiques déjà engagée par les HUS. Ce bon résultat démontre la forte implication quotidienne de l'ensemble du personnel hospitalier dans l'accueil du patient et sa prise en charge.

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de certifier1 les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg après une visite de 3 semaines menée en mars 2009 par 6 experts-visiteurs. Sur l’ensemble des 309 critères, la HAS a relevé 156 critères satisfaits et 102 critères en grande partie satisfaits soit 83% de l’ensemble des critères.
La HAS demande aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg de s’améliorer significativement sur 10 points qui feront l’objet d’une visite de suivi et formule 30 recommandations à poursuivre la dynamique d’amélioration des pratiques déjà engagée par les HUS.

Ce bon résultat démontre la forte implication quotidienne de l’ensemble du personnel hospitalier dans l’accueil du patient et sa prise en charge.

Les critères satisfaits se retrouvent dans tous les domaines d’activités. La HAS a souligné une action remarquable «la politique institutionnelle d’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) » qui a permis le déploiement de nombreux programmes d’EPP2.

En médecine, chirurgie et obstétrique, les critères satisfaits concernent
– La politique et la qualité du management : la place du patient et son entourage, la politique de ressources humaines, le système d’information, la communication, l’optimisation des ressources et des moyens …
– Les ressources transversales : l’organisation et la maîtrise de la qualité des fonctions hôtelières et logistiques, le management de la qualité, la gestion des risques, le dispositif de veille sanitaire, la surveillance et la prévention du risque infectieux, la sécurité et la maintenance des infrastructures et des équipements, la sécurité des biens et des personnes…
– La prise en charge du patient : l’information du patient sur les conditions de séjour, sur ses soins et son état de santé tout au long de sa prise en charge, l’accès au dossier médical par le patient, l’hébergement et la restauration des accompagnants, l’accueil des détenus, la prise en compte du risque suicidaire, les actions relatives au prélèvement d’organes et de tissus…

Les recommandations simples concernent
La réflexion bénéfice-risque, la tenue du dossier patient, la justification des examens d’imagerie, la confidentialité, la prise en charge pluriprofessionnelle du patient, la gestion des risques, la mise en oeuvre de dispositions pour assurer la prévention et la maîtrise du risque infectieux, l’identification fiable et unique de chaque patient…

Les points à améliorer avec suivi portent sur les urgences, les urgences vitales survenant dans l’établissement, les règles relatives à la réalisation des examens en imagerie, le circuit du médicament (prescription, dispensation, administration), l’organisation des blocs opératoires.
Des groupes de travail vont être créés dans les secteurs concernés afin de répondre aux constats fait par les expert-visiteurs.

Pour la prise en charge en psychiatrie, la HAS a observé 20 critères satisfaits notamment l’accueil, la prise en charge, le suivi après la sortie et formulé 4 recommandations simples: la réflexion bénéfice-risque, la prescription d’examens de laboratoire et d’imagerie et la dispensation des médicaments.

Pour la prise en charge des soins de suite et de réadaptation, l’HAS a retenu 24 critères satisfaits et 5 recommandations simples. Elle a également retenu 24 critères satisfaits et 3 recommandations simples pour les soins de longue durée.

Ces résultats montrent que les HUS ont fortement progressé dans la plupart des secteurs d’activité. La décision de l’HAS encourage l’établissement à poursuivre sa démarche d’amélioration continue de la qualité.

Le rapport complet est disponible sur www.has.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.