Une production de froid innovante et écoresponsable à Strasbourg

Le nouveau plateau médicotechnique et locomoteur (PMTL) et l’Institut Régional du Cancer (IRC) viennent d'être livrés. Ces bâtiments abritent 2 plateaux opératoires, des plateaux d’imagerie, de médecine nucléaire, de radiothérapie et regroupent disciplines du locomoteur et de la cancérologie, au total 70 000 m² de locaux très techniques. Pour répondre aux besoins en froid de cet ensemble* et remplacer les installations vieillissantes des 120 000 m² de l’hôpital existant, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont opté pour les solutions les plus performantes et les plus écoresponsables.

Le nouveau plateau médicotechnique et locomoteur (PMTL) et l’Institut Régional du Cancer (IRC) viennent d’être livrés. Ces bâtiments abritent 2 plateaux opératoires, des plateaux d’imagerie, de médecine nucléaire, de radiothérapie et regroupent disciplines du locomoteur et de la cancérologie, au total 70 000 m² de locaux très techniques. Pour répondre aux besoins en froid de cet ensemble* et remplacer les installations vieillissantes des 120 000 m² de l’hôpital existant, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont opté pour les solutions les plus performantes et les plus écoresponsables
La nouvelle unité de production de froid utilisera l’eau de la nappe phréatique. La technologie Eau/Eau permet un doublement de l’efficacité énergétique de l’installation globale par rapport à la technique actuelle Air/Eau. Il en résulte une diminution de moitié de la consommation électrique pour la même quantité de froid produite. Avec à la clé une diminution de l’empreinte écologique avec une limitation importante des nuisances sonores engendrées par ce process.
La mise en place d’un stockage de glace d’une puissance de 6 MW limite la puissance des installations de production d’eau glacée directe à 12 MW et par voie de conséquence les équipements électriques qui les alimentent. Autre axe d’efficience énergétique, la récupération de chaleur dont une partie est utilisée pour préchauffer l’eau chaude sanitaire.
La gestion optimisée des consommations d’énergie est assurée par un logiciel qui prend en compte des paramètres comme la température extérieure, les besoins internes. Il définit par anticipation une stratégie optimisée de fonctionnement des divers équipements de l’installation. Par exemple, la recharge en froid des bacs de stockage de glace se réalise pendant les heures creuses, la nuit, période où l’énergie électrique est moins chère. Ces frigories sont injectées en journée où le coût de l’énergie électrique est plus élevé.
Les gains attendus sont considérables et feront l’objet d’un bilan chiffré. 
*Le nouveau plateau médicotechnique et locomoteur (PMTL) et l’Institut Régional du Cancer (IRC) entreront en exploitation au deuxième semestre 2018

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.