Les hospitaliers aux avant-postes de la campagne vaccinale !

Alors que le déploiement de la vaccination s'accélère, les responsables hospitaliers se mobilisent et la Fédération Hospitalière de France appelle à une organisation territoriale efficace.

Alors que le déploiement de la vaccination s’accélère, les responsables hospitaliers se mobilisent et la Fédération Hospitalière de France appelle à une organisation territoriale efficace.
«De 27 hôpitaux équipés en vaccins, nous en aurons 100 demain afin de couvrir toute le territoire», a annoncé mardi 5 janvier au micro de RTL, Olivier Véran, promettant la création de quelque 600 centres de vaccination en ville d’ici fin janvier. Un ambitieux programme destiné à appuyer sur l’accélérateur du déploiement vaccinal mais qui exige une large mobilisation des professionnels de santé et place encore les hospitaliers en première ligne. La conférence de presse de la Fédération Hospitalière de France (FHF) qui se tenait quelques heures plus tard pointait inquiétudes et questionnements.

L’importance d’une coordination territoriale

«Les personnels soignants des hôpitaux et des EHPAD publics ont tout de suite répondu "présents"pour être enrôlés dans cette campagne», s’est félicitée Zaynab Riet, la déléguée générale de la FHF soulignant «la grande capacité de résilience et de mobilisation des hospitaliers». Et de fait, ces derniers sont déjà bien engagés dans la première phase de cette campagne vaccinale. «Dès lors que les publics cibles vont s’élargir, il est évident que tous les acteurs de santé devront aussi participer», prévient Frédéric Valletoux, président de la FHF, soulignant le rôle déterminant des collectivités territoriales dans ce déploiement. «Une cellule de coordination regroupant les représentants des médecins hospitaliers, de ville, l’ARS, les préfets et les élus existe dans chaque département», a-t-il rappelé à cet effet.

Déprogrammations et perte de chance pour les patients

La FHF a du reste insisté sur le fait que les hospitaliers attendent beaucoup de cette campagne vaccinale «pour revenir sur un schéma habituel et de fonctionnement normal», a insisté Frédéric Valletoux. Car avec les premisses d’une potentielle troisième vague, notamment dans les régions du Grand-Est et de Bourgogne Franche-Comté, les hôpitaux sont déjà pour beaucoup sous tension. Pour l’heure, la pression sur certains services due au Covid-19 reste telle que non seulement il y a eu de la déprogrammation mais les établissements de santé ne parviennent toujours pas à reprogrammer. La FHF s’inquiète en l’occurrence de situations de saturation dans lesquelles les hospitalisations, même non programmées, ne sont plus possibles. Et de ce que cela occasionne comme perte de chance pour les patients!

Appel à la mobilisation des professionnels de ville

En tout état de cause, «Tout ne peut pas reposer sur l’hôpital, s’alarme Frédéric Valletoux. Il faut étendre dès maintenant les possibilités de vaccination ailleurs. Et nous comptons sur l’appel à la mobilisation des professionnels de ville pour participer à "cet effort de guerre"».
Pour l’heure, l’Ordre national des infirmiers a pris acte, suite à l’annonce du ministre des Solidarités et de la Santé, qu’ils seront également habilités à vacciner dès fin janvier «pas forcément en présence d’un médecin mais sous son autorité». Les pharmaciens d’officine ont eux aussi fait connaître leur volonté d’apporter leur contribution.
A lire aussiVaccination anti-covid : Olivier Véran annonce l’accélération !
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.