Polyarthrite rhumatoïde : les inhibiteurs de JAK sous la surveillance du réseau national de pharmacovigilance

Maladie auto-immune, la polyarthrite rhumatoïde se caractérise par une douleur et une inflammation des articulations. Récemment, les inhibiteurs de JAK, baricitinib et tofacitinib, deux médicaments homologués en Europe en 2017 pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde ont été commercialisés sur le territoire français, respectivement sous les noms de OLUMIANT et XELJANZ. Tous deux bloquent certaines enzymes situées au sein des cellules responsables de la pathologie et empêchent la production des substances inflammatoires responsables de la destruction des articulations. Or les rhumatologues du CHU de Besançon ont constaté qu’un patient, traité par inhibiteur de JAK, subissait une perte de vision évoluant vers une ulcération de la cornée, avec une amélioration de la vision après arrêt définitif du traitement.

Maladie auto-immune, la polyarthrite rhumatoïde se caractérise par une douleur et une inflammation des articulations. Récemment, les inhibiteurs de JAK, baricitinib et tofacitinib, deux médicaments homologués en Europe en 2017 pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde ont été commercialisés sur le territoire français, respectivement sous les noms de OLUMIANT et XELJANZ. Tous deux bloquent certaines enzymes situées au sein des cellules responsables de la pathologie et empêchent la production des substances inflammatoires responsables de la destruction des articulations. Or les rhumatologues du CHU de Besançon ont constaté qu’un patient, traité par inhibiteur de JAK, subissait une perte de vision évoluant vers une ulcération de la cornée, avec une amélioration de la vision après arrêt définitif du traitement.    
Les rhumatologues bizontins ont alerté le centre régional de pharmacovigilance de Franche-Comté qui a alors recensé jusqu’en mai 2018, l’ensemble des troubles oculaires survenus chez des patients avec un traitement par inhibiteurs de JAK enregistrés dans la base européenne de pharmacovigilance, Eudravigilance. Au total, 41 cas de troubles oculaires non envisagés dans les effets indésirables ont été observés. Ces problèmes sont apparus chez des patients de 60 ans et en moyenne après un peu plus d’un an de traitement. 
Divers symptômes extra-articulaires sont observés chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde parmi lesquels, des troubles de la vue (sécheresse oculaire, sclérite, uvéite). Pour autant, les rhumatologues devront garder en mémoire ce lien potentiel entre inhibiteurs de JAK et troubles oculaires même si les cas observés sont peu nombreux.

Pourquoi déclarer les effets indésirables non listés sur la notice des médicaments ?  

Une fois sur le marché, le médicament sera employé chez une multitude de patients aux caractéristiques différentes (état pathologique, prise d’autres médicaments, âge, etc.). Des effets indésirables non mis en évidence lors des essais cliniques, peuvent survenir à tout instant. Les notifications spontanées d’effets indésirables médicamenteux sont indispensables pour identifier de nouveaux risques et prendre rapidement les mesures nécessaires pour assurer la sécurité d’emploi des médicaments après leur mise sur le marché.  
Les notifications d’effets indésirables médicamenteux doivent être déclarées aux centres régionaux de pharmacovigilance qui les analysent et les enregistrent dans la base nationale de pharmacovigilance pour une transmission à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et à l’European Medicine Agency.  
Le signalement répété de cas similaires génère une alerte qui déclenche une enquête dont l’objectif est d’évaluer le problème et de préconiser les mesures préventives. Dans la présente étude, les cas ont été principalement rapportés par des médecins (51%), les usagers viennent en seconde position (39 %) et enfin les autres professionnels de santé 10%. 

Bon à savoir

Patients et professionnels de santé des départements 25, 39, 70 et 90 peuvent déclarer les effets indésirables liés aux médicaments à l’adresse suivante http://www.pharmacovigilance-fcomte.fr/1/accueil.html

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.