Les inondations de la Somme du 26 mars 2001 à ce jour ?

138 communes, situées entre Amiens et la Baie de Somme, ont été concernées par la montée des eaux. 3543 habitations furent inondées, 470 logements ont été évacués. Sur l'arrondissement d'Abbeville 1198 zones de vie ont été touchées, ainsi que 192 caves et 903 personnes évacuées (soit 2.04% de sa population), sur celui d'Amiens, 245 zones de vie et 1007 caves concernées, 246 personnes évacuées (0.12% de sa population). C'est en tout plus de 1 500 personnes qui auront été hébergées dans des gîtes ruraux, des équipements publics (gymnases, lycées) ou chez des proches durant près de deux mois.

La prise en charge psychologique des sinistrés des inondations de la Somme par la cellule d »urgence médico-psychologique du département (CUMP 80) a débuté en avril 2001, à la demande de la DDASS et du SAMU et se poursuit à ce jour. Une fois les réseaux mis en place, les infirmiers ont commencé à accompagner les pompiers chez des habitants d’Abbeville présentant une souffrance psychique extrême en rapport avec ce qu’ils vivaient.

Les inondations : une situation traumatique particulièrement angoissante

Phénomène particulier sur le plan traumatique, les inondations diffèrent des autres catastrophes par leur durée. La montée des eaux a quelque chose de stressant, de pervers, dans le sens où s’installe une angoisse permanente rendant difficile toute activité autre que la surveillance de la montée des eaux. Si on peut éteindre le feu, il est difficile d’empêcher l’eau de s’infiltrer. Ce stress permanent dans lequel les sinistrés ont vécu durant ce mois d’avril a été épuisant, sur le plan physique, mais aussi moral. Angoisses, hyperactivité parfois stérile, affects dépressifs et troubles du comportement à type d’agressivité en sont les conséquences immédiates.

Et par la suite à quoi peut on s’attendre ?

Passé cette première période d’hyperactivité, les sinistrés rentrent dans une période de résignation quelquefois de défaitisme face à l’ampleur que prend la catastrophe et à sa durée. Des sinistrés qui avaient résisté dans un premier temps aux injonctions de départ de leur logement dans les premières semaines ont dû se résigner à faire leur deuil de leur habitation. Ils ressentent alors un sentiment d’échec face aux éléments naturels.

On peut tout à fait faire le parallèle avec une situation de deuil, de perte d’un conjoint. La première période est une période d’activité liée aux résolutions de problèmes matériels, administratifs, la période qui suit est souvent celle où l’endeuillé se retrouve seul, confronté à sa solitude affective et le vide laissé par l’autre. C’est dans ce contexte que s’installent les affects dépressifs.

Le traumatisme des inondations favorise l’installation de ce que l’on nomme névrose traumatique ou état de stress post traumatique (ESPT). Ce tableau d’évolution chronique est comme l’eau qui monte, pernicieux et rongeant les fondations de l’individu. Le sommeil devient perturbé, les cauchemars en rapport au traumatisme le rendent angoissant, des troubles anxieux s’installent dans la journée et les conduites addictives (aux médicaments type benzodiazépines et à l’alcool) apparaissent dans la vie des sujets ou s’aggravent. Les états dépressifs dans cet épuisement psychique et physique, dans ce film d’horreur vécu quotidiennement deviennent le seul refuge du sujet. Mais à quel prix et avec quel risque ? Celui de vouloir mettre un terme à sa souffrance par un passage à l’acte désespéré quelquefois ?

Alors, comment peut-on aider les sinistrés des inondations ?

Il n’est pas bien sûr utile de basculer dans l’assistanat mais d’offrir à des patients potentiels une accessibilité à des soins, éventuellement spécifiques. Les notions de debriefing et d’intervention précoce sont certainement les éléments centraux de cette prise en charge à visée :
– préventive, éviter la survenue d’ESPT,
– curative, par un traitement adapté à cet afflux de stress qui noie le sujet. Et cela demande disponibilité et moyens en rapport.

Organiser la prévention de santé mentale et physique secondaire

Prises en charge en centres médico-psychologiques, groupes de parole, éventuellement visite à domicile sont les différents moyens thérapeutiques proposés et utilisés. Encore faut-il faire passer le message auprès des intéressés. A ce titre une information grand public a été réalisée. Une enquête épidémiologique est en cours. Pour la mener à bien, l’équipe du CUMP s’est rapprochée de ses collègues québécois qui ont vécu en 1996 des inondations dans la région de Saguenay.

D’après un texte du Docteur Cyrille Guillaumont – Psychiatre référent de la cellule d’urgence médico-psychologique départementale de la Somme (CUMP 80)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.