Les internes classent les CHU : Nantes en tête

Nantes, Lyon, Montpellier-Nîmes, Grenoble et Rennes… Ainsi s’ouvre le tableau d’honneur des hôpitaux universitaires plébiscités par les internes pour leur choix de poste. Pour la 3ème année consécutive, le magazine What’s up Doc, le bi-mestriel des futurs et jeunes médecins, a analysé les choix des étudiants en médecine à l’issue des Epreuves Classantes Nationales (ECN).

Nantes, Lyon, Montpellier-Nîmes, Grenoble et Rennes… Ainsi s’ouvre le tableau d’honneur des hôpitaux universitaires plébiscités par les internes pour leur choix de poste. Pour la 3ème année consécutive, le magazine What’s up Doc, le bi-mestriel des futurs et jeunes médecins, a analysé les choix des étudiants en médecine à l’issue des Epreuves Classantes Nationales (ECN).
Résultat : les CHU dynamiques dans des villes attractives ont la côte « Les CHU situés dans les villes où il fait bon vivre et dirigés par une équipe engagée trustent le haut du classement » annonce l’équipe rédactionnelle qui constate une moindre attractivité des gros CHU tels que Paris et Marseille
Panorama des grandes tendances actuelles du secteur hospitalier
C’est le CHU de Nantes qui a été préféré cette année par les jeunes médecins (+1 place). Il vole la vedette aux Hospices Civils de Lyon depuis deux ans en tête, suivis de Montpellier – Nîmes (+2 places), Rennes (+3 places) et Bordeaux (+1 place). Parmi les progressions spectaculaires, le CHU d’Angers qui crée la surprise en se hissant à la 15ème position (+9 places) grâce notamment à sa campagne web « Adopte un PU-PH » . A noter aussi le CHRU de la Réunion qui vient de recruter 4 PU-PH se maintient dans les 15 premiers choix du classement.

Classement général des CHU sélectionnés par les internes
"What’s up doc ?" fév-mars 2016

Choix des spécialités : qualité de vie et rémunération
L’étude livre aussi des informations sur les spécialités de prédilection des internes : ophtalmologie, la néphrologie et de la dermatologie qui « offrent un emploi du temps paramétrable avec une liberté d’exercice : on n’est plus dans le sacerdoce » commente le Dr Alice Deschenau. Un critère qui explique aussi pourquoi les chirurgies et autres spécialités chronophages ne sont pas prisées.
Les rémunérations déterminantes : en l’absence de gardes et d’astreintes, et donc de rémunération, certaines disciplines sont boudées, comme la médecine du travail ou la santé publique.
Pour en savoir plus
www.whatsupdoc-lemag.fr
ou suivre
@WhatsUpDoc_mag
www.facebook.com/WUDmagazine

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.