Le back office du CHU de Nantes à l’honneur

Les services de soins font régulièrement l’objet de reportage photos. Mais on connaît moins les travailleurs de l'ombre qui travaillent dans les coulisses du CHU. Pour combler cette lacune, le CHU de Nantes a souhaité réaliser un reportage sur ces « invisibles » trop rarement cités ou associés à l’hôpital et à la prise en charge des patients. Jusqu'à la mi-décembre une exposition met en scène les professionnels des circuits logistiques et un ouvrage leur rend hommage. Explications...

Les services de soins font régulièrement l’objet de reportage photos. Mais on connaît moins les travailleurs de l’ombre qui travaillent dans les coulisses du CHU. Pour combler cette lacune, le CHU de Nantes a souhaité réaliser un reportage sur ces « invisibles » trop rarement cités ou associés à l’hôpital et à la prise en charge des patients. Jusqu’à la mi-décembre une exposition met en scène les professionnels des circuits logistiques et un ouvrage leur rend hommage. Explications…
Loin des emblématiques « blouses blanches », l’objectif est de faire découvrir au public l’univers de services méconnus à travers quatre circuits logistiques : le linge, la restauration, les médicaments et la gestion des déchets. Pour chacun d’eux, les photos mettent en évidence cette chaîne d’hommes et de femmes qui, des unités de production aux services de soins, contribuent à l’accueil et au bien-être des patients hospitalisés.
Le défi était de taille pour la photographe Sylvie Legoupi et pour François-Xavier Schweyer, sociologue. Il fallait se faire accepter par les équipes et surtout se faire oublier pour surprendre des regards, des moments de vie et des gestes du métier. L’intérêt du reportage résidait en effet dans cette capacité à saisir l’instant présent, sincère et spontané.
Le résultat est superbe : des photographies pleines d’humanité mettant en lumière des professionnels et faisant découvrir leur quotidien.
Sylvie Legoupi, photographe de Rézé (44) n’en est pas à son coup d’essai avec le milieu hospitalier. Elle a déjà réalisé plusieurs reportages : les soins palliatifs et la néonatalogie à Saint-Malo et une série de très belles photos dans le service hématologie du CHU de Nantes.
Grâce au soutien de la MNH, la MACSF, la FHF et l’EHESP, ce travail  a donné lieu à une exposition itinérante sur les différents sites de l’hôpital jusqu’à la mi-décembre ainsi qu’à l’édition d’un ouvrage photographique. 
Contact : Nathalie Lefebvre – chargée des affaires culturelles au CHU – tél. 02.40.08.72.27

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.