Les meilleurs hôpitaux ou cliniques selon l’Express

Sorti en kiosque le 11 novembre 2015, le palmarès de l'Express porte sur 605 établissements publics et privés évalués à l'aune de 37 spécialités, de l'AVC à la polyarthrite rhumatoïde, en passant par l'endométriose (une nouveauté), l'ophtalmologie, les chirurgies du cancer, les prothèses de hanche, du genou, du pied... « Une information objective » reconnaît Marc Paris porte-parole du collectif interassociatif sur la santé… et précieuse car malgré les plateformes d'information sur les établissements de santé, le patient manque encore de précision sur les délais d'attente

Sorti en kiosque le 11 novembre 2015, le palmarès de l’Express porte sur 605 établissements publics et privés évalués à l’aune de 37 spécialités, de l’AVC à la polyarthrite rhumatoïde, en passant par l’endométriose (une nouveauté), l’ophtalmologie, les chirurgies du cancer, les prothèses de hanche, du genou, du pied… « Une information objective » reconnaît Marc Paris porte-parole du collectif interassociatif sur la santé… et précieuse car malgré les plateformes d’information sur les établissements de santé, le patient manque encore de précision sur les délais d’attente, les pratiques d’excellence des équipes ou encore sur les soins de suite.

Pour le magazine, il est clair que les patients ne se contentent plus de l’avis du généraliste ou du spécialiste « ils veulent être renseignés dans le détail sur la qualité des soins prodigués. » Et pour cela ils sollicitent « leur réseau amical et professionnel, interrogent d’autres malades sur les forums, assiègent le secrétariat des services… ». Le journal note aussi une évolution dans les habitudes de soins : la mobilité des patients que Marc Paris explique par la recherche du moindre coût et le souci de réduire les délais d’attente.

Pas de hit parade général  mais des tableaux répertoriant les 100 meilleures structures et des informations originales notamment sur les établissements les plus investis dans la recherche contre l’AVC où bien-sur le lecteur retrouvera la plupart des CHU. Comme le souligne le magazine : « Les hôpitaux des grandes villes, font sans surprise, la course en tête, mais des établissements de plus petite taille comme le CHU de Dijon (7ème) qui tient un registre des AVC depuis 30 ans – ou celui de Caen (11ème) tirent admirablement leur épingle du jeu. »

L’Express a évalué les services en fonction de la qualité des techniques opératoires, du volume d’activité, de la durée moyenne de séjour, de la diversité et complexité des cas traités, les actes phares etc. Le journal insiste sur la pertinence de l’indicateur « qualité » qui en chirurgie désigne  les meilleurs gestes opératoires au dire des experts des pathologies abordées – c’est-à-dire les techniques les plus efficaces provoquant le moins de séquelles possibles. Prime à la cœlioscopie ou à l’arthroscopie qui réduisent les incisions, minimisent les douleurs et permettent d’opérer en ambulatoire.

Les données exploitées pour ce palmarès sont issues du Programme de médicalisation des systèmes d’information 2014. Philippe Presles et Mohammed Qafli qui commentent la méthodologie reconnaissent les biais de cette approche à savoir : la qualité du codage, l’importance des consultations externes, la méconnaissance du nombre de chirurgiens par spécialité, l’implication des équipes dans la recherche médicale. De ce fait, ils nuancent quelque peu leurs résultats «Ce classement n’est qu’indicatif : une dixième place vaut largement une première. »

Le dossier élaboré en partenariat avec Itelis est signé Estelle Saget.

Caen, Dijon, Saint-Etienne : les CHU fiers de leurs très bons résultats

Le CHU de Caen se distingue. Sur les 37 spécialités médicales et chirurgicales analysées* par le magazine, les  équipes du CHU de Caen sont citées dans 26 disciplines. Caen est classé 11ème parmi les 50 établissements les plus investis dans la recherche sur l’AVC.
Le CHU de Caen dans le Top 20
Chirurgie des artères carotides – 5ème
Infarctus du myocarde et angioplastie des coronaires – 11ème
Chirurgie des cancers des voies aérodigestives supérieures – 14ème
Polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante – 15ème 
Accident Vasculaire Cérébraux – 18ème
Le CHU de Dijon se félicite d’être classé 1er dans la prise en charge de l’infarctus du myocarde et de l’angioplastie coronaire. Présent dans les 27 classements sur 37 il est dans le Top 20 pour les
AVC – 4eme,
Investissement dans la recherche AVC – 7eme,
la chirurgie de la rétine – 13eme,
Chirurgie du glaucome – 16eme
Chirurgie de la thyroïde et des parathyroïdes – 16eme
Chirurgie de l’insuffisance cardiaque – 16eme
Chirurgie des artères carotides – 17eme
Rectocolite hémorragique et maladie de crohn – 17eme
Chirurgie du cancer du rein – 17eme
Enfin, avec pas moins de 88 publications et un score SIGAPS de 1318, le CHU Dijon Bourgogne arrive en 7e position des établissements les plus investis en matière de recherche autour de l’AVC !
Le CHU de Saint-Etienne se trouve à nouveau en très bonne place parmi les meilleurs établissements de France pour plus de la moitié des spécialités analysées (24 sur 37) et notamment il est dans le Top 20 en cardiovasculaire.
– Polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante – 6ème
– Troubles du rythme cardiaque – 8ème
–  Infarctus du myocarde (stimulateur cardiaque) et angioplastie coronaire – 18ème
– Chirurgie des cancers des voies aérodigestives supérieures – 19ème
Le CHU de Saint-Etienne figure au 28ème rang des établissements pratiquant la meilleure recherche sur l’AVC.
Ces bons résultats encourage une nouvelle fois l’ensemble des professionnels de ces établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.