Les micro et nanotechnologies, nouvelles armes contre la douleur

Le Dr Jean Pierre Estebe, responsable du centre d'évaluation et de traitement de la douleur, vient de recevoir le 1er prix des communications de la Société française d'évaluation et de traitement de la douleur pour ses travaux.

Le Dr Jean Pierre Estebe, responsable du centre d’évaluation et de traitement de la douleur, vient de recevoir le 1er prix des communications de la Société française d’évaluation et de traitement de la douleur pour ses travaux.

C’est le résultat de 10 ans de recherche pour mettre au point des microsphères : ces composés microscopiques agissent comme un filet emprisonnant un produit anesthésique local et vont le libérer de manière prolongée et contrôlée. Le bénéfice pour le patient est évident. Il reçoit, en une seule injection, la dose utile avec le minimum d’effets secondaires et avec une diminution du risque infectieux ou cardiovasculaire. En effet, ces microsphères permettent d’éviter l’utilisation d’un cathéter, ce qui rend possible les soins à domicile dans un environnement familier au patient.

En collaboration avec d’autres équipes (Angers, Bordeaux, San Diego, Winston-Salem), les chercheurs explorent cette piste prometteuse tant pour l’anesthésie, que pour la lutte contre la douleur mais également pour la cancérologie. Bientôt, la nanotechnologie permettra de miniaturiser des sphères capables de franchir les barrières biologiques pour aller se fixer sur une cible donnée rendant plus efficace certains traitements comme les vaccins.

Le projet rennais élaboré avec les équipes universitaires porte actuellement sur l’étude d’un anesthésique efficace mais toxique : le Laroxyl. Elles ont démontré à quel point nous sommes inégaux devant le traitement. Certains absorbent 80% du médicament lors de son passage dans le tube digestif, d’autres moins de 5%. Quand il atteint le foie, la transformation se fait de manière variable en fonction du patrimoine biologique. La composante génétique modifie ainsi l’efficacité du médicament.

D’où l’intérêt de comprendre ces mécanismes pour « prédire » la dose efficace avec le moins d’inconvénients pour le patient. A terme, la carte d’identité génétique aidera à prodiguer le meilleur traitement au patient !
Le Dr Estèbe y travaille au sein de l’unité de recherche UPRES 3892 (optimisation biopharmaceutique par modulation des passages transmembranaires) et souhaite passer rapidement à la phase suivante : la recherche clinique avec l’aide de partenaires publics et privés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.