Les mineurs auteurs de violences sexuelles : une conférence pour mieux comprendre un phénomène de société

Les faits ne sont malheureusement pas exceptionnels : aujourd'hui, les viols représentent les trois quarts des crimes commis par les moins de 18 ans. Les très jeunes mineurs sont aussi concernés : plus de la moitié des jeunes de moins de 13 ans qui ont affaire à la justice sont mis en cause pour des faits à caractère sexuel. Autre chiffre inquiétant fourni par le ministère de la justice : un millier de jeunes adolescents sont impliqués chaque année dans des affaires d'agressions sexuelles ou de viols ; une hausse de 50 % en dix ans. Le Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS) du CHU de Clermont-Ferrand cherche à comprendre ce phénomène et organise le 26 mars 2012...

Les faits ne sont malheureusement pas exceptionnels : aujourd’hui, les viols représentent les trois quarts des crimes commis par les moins de 18 ans. Les très jeunes mineurs sont aussi concernés : plus de la moitié des jeunes de moins de 13 ans qui ont affaire à la justice sont mis en cause pour des faits à caractère sexuel. Autre chiffre inquiétant fourni par le ministère de la justice : un millier de jeunes adolescents sont impliqués chaque année dans des affaires d’agressions sexuelles ou de viols ; une hausse de 50 % en dix ans. Le Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS) du CHU de Clermont-Ferrand cherche à comprendre ce phénomène et organise le 26 mars 2012 une journée de formation et de réflexion sur la place de la violence sexuelle dans le processus adolescent.
Pourquoi la délinquance a-t-elle explosé ? Quel sens a la sanction pour des mineurs sans repère et dont les parents ont démissionné…? Comment sont pensés les soins ? Quel type de prise en charge individuelle ou collective est possible ? Ces questions seront débattues avec des professionnels de la Justice (Protection judiciaire de la jeunesse, Administration pénitentiaire, …) et des psychologues et criminologue du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.