Les multiples facettes de la gérontologie clinique

L'activité de gérontologie clinique s'intègre dans une action de santé qui intéresse l'ensemble de la population. Elle doit répondre à un besoin de proximité, mais aussi d'expertise dans le domaine de la dépendance et des affections liées au vieillissement, imposant une large ouverture sur les actions extra-hospitalières. C'est pourquoi, au CHU d'Angers, la gérontologie est organisée en 3 pôles, répondant chacun à des attentes spécifiques : une unité d'hospitalisation, une cellule d'évaluation et enfin une formalisation des coopérations externes.

L’activité de gérontologie clinique s’intègre dans une action de santé qui intéresse l’ensemble de la population.

Elle doit répondre à un besoin de proximité, mais aussi d’expertise dans le domaine de la dépendance et des affections liées au vieillissement, imposant une large ouverture sur les actions extra-hospitalières.
C’est pourquoi, au CHU d’Angers, la gérontologie est organisée en 3 pôles, répondant chacun à des attentes spécifiques :
– une unité d’hospitalisation,
– une cellule d’évaluation
– une formalisation des coopérations externes.

Une prise en charge globale des besoins du patient : l’unité de court séjour d’hospitalisation
L’unité de court séjour de Gérontologie Clinique a ouvert en octobre 1999. Il s’agit d’une unité d’hospitalisation de 16 lits.
La majorité des patients admis provient du Service d’Admission et des Urgences.
L’équipe de cette unité de court séjour comprend des professionnels aux compétences différentes (médecins, infirmières, aides-soignantes, ergothérapeutes, psychologue clinicienne, neuropsychologue, assistante sociale).
Le travail inter-disciplinaire est possible grâce à une réunion quotidienne d’environ 40 minutes. Cette rencontre permet de mettre en commun pour chaque patient les interventions des différents professionnels, mais aussi dès l’entrée, les objectifs de soins communs à l’équipe soignante et aux médecins.

L’ambition de cette unité est de prendre en charge, globalement et simultanément, les multiples besoins d’une personne relevant de la gérontologie. Aussi lui faut-il, pour un même patient, pouvoir à la fois :
– répondre à un soin aigu,
– évaluer globalement les possibilités et limites de la personne en terme d’autonomie,
– et rencontrer les aidants, en particulier les familles, afin d’établir un projet de vie.

L’activité médicale est centrée sur la prise en charge polypathologique visant à discerner les priorités de diagnostic.
La recherche du diagnostic, permettant un traitement adéquat, peut faire appel à un travail d’enquête diagnostique de médecine interne et solliciter, de plus, des avis spécialisés.
La prise en charge globale et interdisciplinaire du patient s’associe à la recherche de la meilleure qualité des soins médicaux.

A la sortie du patient, si cela est nécessaire, une ergothérapeute peut effectuer une visite à domicile afin de proposer des aménagements du lieu de vie.
Une évaluation médicale, ergothérapique et sociale au sein de la Cellule d’Evaluation Dépendance pour Personnes Agées
Dans le cadre du Contrat Etat-Etablissement, une Cellule d’Evaluation Dépendance pour Personnes Agées (CEDPA) a été ouverte en 1997.
L’évaluation se décline en 3 approches : médicale, ergothérapique et socio-économique
– l’évaluation médicale est centrée sur les affections qui retentissent sur l’autonomie sociale,
– l’évaluation ergothérapique analyse, quant à elle, les champs de compétences sur les différentes activités quotidiennes et propose les aides humaines et techniques adaptées,
– enfin l’évaluation sociale et économique permet un conseil adapté pour la prise en charge sociale.

Le CEDPA a aujourd’hui l’ambition de se décliner également en équipe mobile afin de renforcer son action auprès des autres services du CHU.

Réseaux de soins et rapprochements institutionnels
Le troisième axe de l’activité de Gérontologie est orienté vers le travail en réseaux externes. Le plus souvent, il s’agit de mettre en place des collaborations effectives avec des structures -telles que des hôpitaux généraux – ayant signé une convention de partenariat avec le CHU.
En effet, étant donné l’âge souvent élevé des patients admis dans ces établissements, la prise en charge gérontologique est un élément clé desdites conventions.
Le travail de réseau et de coopération dans le domaine de la Gérontologie ne s’arrête pas à l’application de ces conventions.
De nombreuses autres actions sont engagées depuis plusieurs mois.

L’activité de gérontologie intégrant aussi bien des aspects médicaux, soignants que socio-économiques, l’approche du patient ne peut se limiter aux seules frontières du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.