Les missions du nouvel Institut Médico-Légal (IML)

La médecine légale repose désormais sur un maillage territorial national autour de centres pivots de référence implantés au sein d’établissements publics de santé. Le CHRU de Brest est l’un d’entre eux. Il mènera les expertises à la demande des tribunaux de grande instance de Brest, Quimper et Lorient.

La médecine légale repose désormais sur un maillage territorial national autour de centres pivots de référence implantés au sein d’établissements publics de santé. Le CHRU de Brest est l’un d’entre eux. Il mènera les expertises à la demande des tribunaux de grande instance de Brest, Quimper et Lorient.

Désormais, les réquisitions effectuées par la justice et la police ne sont plus adressées aux médecins, mais au Directeur général de l’établissement. Il lui revient de désigner les praticiens relevant de son autorité pour exécuter la mission judiciaire.

Le CHRU de Brest a ouvert le 15 janvier 2011 un Institut Médico-Légal (IML) regroupant la médecine légale thanatologique (autopsies, levées de corps sur les lieux de la découverte) et la médecine légale du vivant (examen des victimes d’infractions et de violences, examens des gardés à vue). L’institut est également chargé de l’animation du réseau et de la formation des médecins légistes.

L’IML de Brest bénéficie d’un financement forfaitaire de 990 000 € pour ces activités.

Organisation de l’Institut Médico-Légal (IML)  

Thanatologie :

Les autopsies, hors urgences, sont programmées sur trois jours. Chacune est effectuée par 2 médecins légistes avec l’assistance d’un agent d’amphithéâtre. Les levées de corps sont effectuées par le réseau de proximité, avec appel si besoin à un médecin légiste.

Médecine légale du vivant :

L’accueil des victimes est assuré du lundi au vendredi de 9h à 18 heures dans les locaux de l’unité médico-légale et aux urgences, hors jours et heures ouvrables. L’examen des gardés à vue est effectué au commissariat ou dans l’Unité de médecine légale.

Activité de l’Institut Médico Légal au 12/03/2011

Autopsies : 16

Levées de corps : 16

Examens radiologiques : 6

Examens anatomopathologiques : 19

Examens sanguins : 46

Examens génétiques : 9

Examens urinaires : 7

Examens bol alimentaire : 12

Examens gardés à vue : 22

Examens coups et blessures volontaires : 26

Ivresse publique manifeste : 110

Recherche alcoolémie et toxiques : 4

Accueil des victimes : 32

Contact presse

CHRU Direction de la communication

Eric Legrand 02 98 22 39 68 – 06 79 03 46 63

Eric.legrand@chu-brest.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.