Les nouvelles technologies d’imagerie au service de la neurochirurgie

A Caen, le numérique remplace l'argentique : les images radiologiques circulent désormais dans le réseau informatique du service de neurochirurgie et sont accessibles à tout moment par l'équipe médicale. Une innovation qui conforte la place de Centre de référence européen du service de neurochirurgie du CHU.

A Caen, le numérique remplace l’argentique : les images radiologiques circulent désormais dans le réseau informatique du service de neurochirurgie et sont accessibles à tout moment par l’équipe médicale. Une innovation qui conforte la place de centre de référence européen du service de neurochirurgie du CHU.
Le service dispose d’un système de neuronavigation de dernière génération à haute capacité de calcul et d’équipements d’acquisition et d’enregistrement d’image opératoires (caméras, moniteurs vidéo, un système de vidéo 3D implantable sur des microscopes opératoires).
Ce réseau informatique interne permet l’analyse, le traitement, le transfert et le stockage des images produites par l’IRM, le scanner, l’angiographie et la médecine nucléaire.

Centre de référence européen, le service de neurochirurgie du CHU de Caen, dirigé par le Pr Jean-Michel Derlon, bénéficie avec le projet NAIM (Neurochirurgie Assistée par l’Imagerie Multimodale) du premier PACS (Picture Archiving & Communication System) du CHU de Caen destiné à un service de soins. Des patients lui sont régulièrement adressés de tout l’hexagone pour des diagnostiques, des conseils thérapeutiques ou parfois pour des actes chirurgicaux.

A terme, le système offrira la possibilité de consulter ces images radiologiques depuis une quinzaine de stations informatiques installées dans le service, et de les archiver pour une consultation ultérieure. Les échanges de radios ou d’analyses seront quasi instantanés entre spécialistes, permettant alors une prise de décision diagnostique et thérapeutique de façon collégiale. Ce procédé constitue un avantage certain sur les dossiers argentiques qui «alourdissent» des kilomètres d’archives : seuls les fichiers circuleront, consultables rapidement, à toute heure du jour ou de la nuit par un PC connecté au réseau. Les radios seront lisibles directement sur l’écran d’ordinateur et ne devront plus être affichées sur un négatoscope.

Des développements pédagogiques internationaux
Grâce à la station de visioconférence, les images réalisées au bloc seront retransmises dans la salle de cours du service de neurochirurgie, à destination : des étudiants, dans un but de formation, du chef de service et de confrères d’autres centres hospitaliers ou même de l’étranger (de l’Institut Burdenko de Moscou par exemple).

Objectifs du projet NAIM
– valider l’utilisation de l’imagerie 3D, anatomique et métabolique, lors de la prise en charge de tumeurs ou d’autres lésions, au niveau du crâne, du cerveau, de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière
– améliorer la gestion des données médicales au sein du service de neurochirurgie, et plus largement de développer les méthodes de transmission, d’analyse, de stockage et d’archivage des images opératoires et radiologiques ,
– communiquer auprès de la communauté médicale sur les méthodes et les techniques permettant d’exploiter l’imagerie médicale multimodale (organisation de visioconférences, développement de la télé-médecine, dialogue entre blocs opératoires et sites extérieurs au sein d’une même structure hospitalière). Enfin, les experts pourront exploiter les données acquises pour les présentations et les publications scientifiques du pôle d’excellence en neurosciences.

Le projet NAIM s’inscrit dans la continuité de l’implantation sur Caen d’un double pôle d’excellence en recherche biomédicale (neurosciences et imagerie). Depuis 1997, le service de neurochirurgie du CHU de Caen bénéficie, en effet, d’un système de neuronavigation en trois dimensions au sein de son bloc opératoire. Cet équipement, acquis à l’origine par le GIP Cycéron*, a permis d’initier une recherche sur l’utilisation de l’imagerie tridimensionnelle et des techniques de fusion d’images multimodales dans le cadre de la prise en charge neurochirurgicale.

Financement
D’un montant de près d’un million d’euros ( financé par les fonds FEDER européens : 40%, l’Etat FNADT : 10%, le Conseil Régional de Basse-Normandie : 25%, le CHU : 25% – l’Université de Caen a elle financé les outils pédagogiques)

* Cyceron est une plate-forme d’imagerie au sein de laquelle sont menées depuis 1989 des recherches biomédicales dans le domaine des neurosciences, principalement. Groupement d’Intérêt Public (GIP) placé sous la tutelle des grands organismes nationaux de recherche (CEA, CNRS, INSERM), Cyceron a également pour partenaires l’Université de Caen Basse-Normandie, le Centre Hospitalier et Universitaire de Caen, le Centre de lutte Contre le Cancer François Baclesse, le Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (GANIL) ainsi que la Région Basse-Normandie. Dans le cadre d’une convention avec l’Agence Régionale d’Hospitalisation de Basse-Normandie, Cyceron met ses installations d’imagerie au service de la recherche clinique, en cancérologie notamment. Cyceron a été dirigé par le Pr Derlon de 1989 à 2002. Il est actuellement dirigié par le Pr Mazoyer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.