Les personnes âgées souffrant de cancer méritent une attention particulière

« Avoir toujours comme objectif, outre le traitement du cancer, la préservation de l'autonomie du patient âgé ainsi que sa qualité de vie. » Voici l’un des 9 engagements pris les professionnels à l’égard des patients âgés atteints de cancer. Cette promesse est extraite de la charte Onco-Gériatrique élaborée par l’unité de coordination en oncogériatrie (UCOG) de l'ouest de la région PACA qui rassemble l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et l'Institut Paoli-Calmettes. L’enjeu : sensibiliser les professionnels et les établissements de santé aux problématiques spécifiques de l’OncoGériatrie, harmoniser la prise en charge des patients et montrer l’attention singulière portée aux patients et aux familles.

« Avoir toujours comme objectif, outre le traitement du cancer, la préservation de l’autonomie du patient âgé ainsi que sa qualité de vie. » Voici l’un des 9 engagements pris les professionnels à l’égard des patients âgés atteints de cancer. Cette promesse est extraite de la charte Onco-Gériatrique élaborée par l’unité de coordination en oncogériatrie (UCOG) de l’ouest de la région PACA qui rassemble l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et l’Institut Paoli-Calmettes. L’enjeu : sensibiliser les professionnels et les établissements de santé aux problématiques spécifiques de l’OncoGériatrie, harmoniser la prise en charge des patients et montrer l’attention singulière portée aux patients et aux familles.
« Nous souhaitons que la Charte OncoGériatrique, élaborée avec l’ensemble des professionnels de la région impliqués en OncoGériatrie, soit adoptée par les établissements de la région confrontés à la prise en charge des patients âgés cancéreux. Sa diffusion la plus large possible contribuera  à harmoniser nos pratiques et à sensibiliser l’ensemble des soignants aux particularités des patients âgés cancéreux. Elle permettra aussi de rassurer les patients et leurs proches souvent très réticents vis-à-vis des traitements réputés agressifs du cancer. » – Dr Cretel et Dr Rousseau.
70% des cancers surviennent après 70 ans. En France comme dans la plupart des pays industrialisés, le vieillissement de la population est associé à une augmentation de l’incidence des cancers mais peu de filières de soins identifiées ont créées et, en termes de recherche, les séniors sont encore sous représentés dans les essais cliniques. Nouvelle spécialité, l’oncogériatrie synthétise deux approches : celle des oncologues et celle des gériatres. Il s’agit de prendre en charge le cancer en tenant compte des phénomènes du vieillissement, que celui-ci soit sain ou pathologique, dans le cadre d’une approche globale, graduée et efficiente du patient.
La Charte Onco-Gériatrique de l’UCOG PACA-OUEST
Les professionnels s’engagent vis-à-vis des patients âgés atteints de cancer à :
I – SOINS
a. Favoriser l’accès à un avis spécialisé oncologique et l’accès à une réflexion
pluridisciplinaire avec un gériatre quel que soit l’âge ou l’état de santé du patient âgé.
b. Avoir toujours comme objectif, outre le traitement du cancer,
la préservation de l’autonomie du patient âgé ainsi que sa qualité de vie.
c. Promouvoir une prise en charge de proximité incluant
et informant en temps réel le médecin généraliste référent.
d. Informer et accompagner avec bienveillance le patient âgé et son entourage dans la description claire et précise de sa situation médicale. Information incluant diagnostic, pronostic (une opinion sur l’évolution probable de la maladie) traitement proposé., risques et alternatives possibles, et effets secondaires des différentes stratégies proposées
(consultation d’annonce et plan personnalisé de soins).
e. Mettre en oeuvre dans la mesure du possible les moyens et les collaborations nécessaires pour repérer la fragilité des patients âgés atteints de cancer.
f. Mener chaque fois que nécessaire une réflexion éthique autour
du patient et respecter ses directives anticipées quand elles existent.

II. ENTOURAGE DU PATIENT
a. Garder dans la mesure du possible le patient âgé comme l’interlocuteur principal.
b. Reconnaître les aidants comme partenaires de soins et mettre en oeuvre
tous les moyens disponibles pour les aider et les soutenir tout au long du parcours de soins.
c. Favoriser une communication optimale avec tous les intervenants auprès du patient âgé (médicaux et non médicaux) à l’hôpital et au domicile

L’UCOG PACA OUEST
Suite à l’appel à projets 2011 de l’INCa sur le déploiement national d’unités de coordination en oncogériatrie, le groupement de coopération sanitaire en cancérologie de PACA Ouest réunissant l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et l’Institut Paoli-Calmettes, a été labellisé unité de coordination en oncogériatrie (UCOG) pour l’ouest de la région PACA.
Sous la coordination du Dr Frédérique Rousseau (IPC), pour l’oncologie, et du Dr Elodie Crétel (AP-HM), pour la gériatrie, en étroite collaboration avec le Dr Frédérique Retornaz ( Centre Gérontologique Départemental de Montolivet ), cette unité a pour mission l’amélioration de la prise en charge des sujets âgés atteints par le cancer  par la formation des professionnels, l’information du public et la promotion de la recherche clinique.
 
Liens utiles : 
http://www.oncopaca.org/fr/cancer-sujets-ages ;
http://fr.ap-hm.fr/cancer/specialites/oncogeriatrie-cancer-et-personnes-agees

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.