Les relations internationales au CHU de Nantes

Accueil de jeunes chercheurs, formation, accompagnement, soutien matériel... Le CHU de Nantes est relié à de nombreux pays pour un enrichissement mutuel dans le partage et l’échange.

Depuis de nombreuses années, le CHU de Nantes met au service de la coopération internationale une expertise médicale, paramédicale, technique et administrative qui se traduit par des actions de formation et de compagnonnage. Il apporte également un soutien matériel à certaines ONG et associations caritatives, notamment grâce aux dons d’équipement médical réformé et à l’accès des tarifs négociés auprès de ses fournisseurs.
Une priorité est donnée aux actions s’inscrivant dans le cadre des projets de coopérations décentralisés et de jumelage des collectivités territoriales, en particulier Nantes métropole et la Région des Pays de la Loire. L’année 2008 est marquée par la mise en place d’une politique de relations internationales favorisant les collaborations bilatérales à visée scientifique.

L’établissement fait partie du réseau mère-enfant de la francophonie, un regroupement de 19 centres hospitaliers universitaires spécialisés en périnatalité et en pédiatrie. Ce réseau est le résultat d’une tradition de collaboration et d’échange dans les domaines des soins, de l’enseignement, de la recherche et de la gestion.

Nantes est également membre adhérent de l’association « Chercheurs étrangers à Nantes ».

Le choix de son engagement dans un projet de coopération internationale repose non seulement sur le respect de ses obligations règlementaires mais également sur des critères de sélection reflétant les valeurs et les priorités de l’établissement, notamment en lien avec les engagements pris dans le cadre de son contrat d’objectif et de moyens.

Les projets de coopération internationale doivent être en cohérence avec les priorités internationales, européennes, nationales, territoriales (politiques de jumelage et de coopération décentralisée de la commune, du Département et de la Région) et universitaires (université de Nantes) en matière de coopération internationale. Ces priorités concernent le lieu géographique d’intervention, le profil de l’entité partenaire, le type d’expertise mise en oeuvre, et les modalités d’action.
Enfin, les échanges entre établissements de haut niveau et les collaborations à visée scientifique sont encouragés.

Les partenariats :

  • Hôpital de l’amitié franco-chinoise, Yantai (province du Shandong), Chine : programme de collaboration et renforcement des liens entre la France et la Chine.Jumelage hospitalier avec l’hôpital franco-chinois Yantai Shan.
  • Prison Mpimba, Bujumbura, Burundi Projet de renforcement des capacités pour la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/sida.Collaboration avec une ONG burundaise (SWAA Burundi).
  • CHU de Tuzla, Bosnie-Herzégovine. Projet de coopération sur la médecine physique et de réadaptation. Jumelage hospitalier avec le CHU de Tuzla.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.