Les soins palliatifs hors de l’hôpital

Le Centre Hospitalier Régional d'Orléans vient d'inaugurer les locaux de l'Equipe d'appui départementale de soins palliatifs du Loiret (EADSP 45), seule structure du département à proposer un accompagnement de la fin de vie, hors de l'hôpital. Sa mission : aider à la prise en charge de la personne relevant des soins palliatifs, soutenir les équipes soignantes, former/sensibiliser les médecins, infirmières, auxiliaires de vie….

Le Centre Hospitalier Régional d’Orléans vient d’inaugurer les locaux de l’Equipe d’appui départementale de soins palliatifs du Loiret (EADSP 45), seule structure du département à proposer un accompagnement de la fin de vie, hors de l’hôpital. Sa mission : aider à la prise en charge de la personne relevant des soins palliatifs, soutenir les équipes soignantes, former/sensibiliser les médecins, infirmières, auxiliaires de vie….

Financée et logée par le CHR, elle intervient auprès des patients en fin de vie, qu’ils résident à leur domicile, en maison de retraite, en clinique ou à l’hôpital… Créée dès décembre 2007, l’EADSP 45 est composée d’un médecin formé et expérimenté en soins palliatifs, d’une infirmière et d’une secrétaire à mi-temps.

Une règle : Ne pas se substituer à l’équipe soignante déjà en place

Tout le monde peut contacter l’EADSP 45 dans le Loiret : médecins hospitaliers ou de ville, infirmières, auxiliaires de vie, familles, malades… Le principe premier de son intervention est la non-substitution : partenaire du médecin déjà en place qui reste le prescripteur, l’équipe remplit un rôle d’aide et de conseil à la prise en charge du patient. Son intervention ne peut se faire sans l’accord et la volonté de l’équipe soignante présente autour du malade en fin de vie.

Un réseau régional
L’EADSP du Loiret adhère au Réseau de Soins Palliatifs en région Centre, un espace de rencontres et d’échanges qui aide à assumer le questionnement permanent que soulève la pratique des soins palliatifs

Ne pas confondre équipe d’appui départementale de soins palliatifs du Loiret et équipe mobile de soins palliatifs du CHR.
Cette dernière intervient sur tous les services de l’hôpital, tandis que l’EADSP intervient partout ailleurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.