Les structures de recherche en santé ont leur maison

La recherche en santé a désormais ses quartiers dans un immeuble neuf à l'angle de la chaussée de la Madeleine et du quai Moncousu : deux plateaux pour réunir toutes les structures d'appui à la recherche en santé et mener une politique commune.

La recherche en santé a désormais ses quartiers dans un immeuble neuf à l’angle de la chaussée de la Madeleine et du quai Moncousu : deux plateaux pour réunir toutes les structures d’appui à la recherche en santé et mener une politique commune.

« La parfaite coordination politique de l’hôpital, l’université, l’Inserm et la Région génère un climat propice à une recherche vivante. La collaboration avec l’Inserm, initiée de longue date, a permis à Nantes de prendre un avantage, estime Anne-Claire Swan, directeur adjoint à la direction des affaires médicales et de la recherche : les différents responsables ont su s’allier pour aller dans le même sens, et la naissance de la maison de la recherche en santé traduit ces liens sur un lieu commun ».

La structure, qui a ouvert ses portes le 30 mai, regroupe la cellule de promotion de la recherche clinique, le bureau réseaux-recherchevalorisation, la délégation à la recherche clinique et à l’innovation, la délégation interrégionale à la recherche clinique grand Ouest, le cancéropôle grand Ouest, le comité de protection des personnes, l’institut fédératif de recherche 26 et le centre d’investigation clinique, en liaison avec l’unité de formation et de recherche de médecine. Les services de la délégation régionale de l’Inserm de Nantes se sont aussi installés dans les locaux. Ainsi réunis, « Nous pourrons travailler ensemble de façon plus directe », se réjouit Marianne Desmedt, administratrice de la structure et déléguée régionale de l’Inserm pour les régions Bretagne et Pays de la Loire.

Le CHU de Nantes compte aujourd’hui 11 unités labellisées qui sont réévaluées tous les quatre ans par des commissions spécialisées par domaine d’activité. La labellisation est une reconnaissance de la qualité scientifique du travail mené ; elle fait également partie des indicateurs de la mairie pour l’attribution de montants dédiés. Par ailleurs, gage de qualité et d’observation de bonnes pratiques, elle pèse dans le cadre d’appels d’offres. Plusieurs dossiers sont en cours d’instruction. En janvier 2008, de nouvelles équipes de cancérologie rejoindront l’Institut fédératif de recherche (IFR).

Le schéma directeur du CHU défend la création de structures neuves et la conservation des surfaces actuelles, pour aller toujours dans le sens du développement. La maison de la recherche jouera notamment un rôle de veille sur les appels d’offres et aidera à la structuration et au montage des projets, qui demandent beaucoup de temps.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.