Les troubles de la mémoire

Les troubles de la mémoire augmentent considérablement avec l'âge. Plus de 900 consultations de neurologie pour un trouble de mémoire ont été assurées au cours de l'année 2002 par les neurologues au CHU de Caen. Ce symptôme clinique peut être révélateur d'une démence, particulièrement d'une maladie d'Alzheimer. Or certaines médications peuvent ralentir l'apparition des troubles les plus invalidants d'où l'intérêt des diagnostics précoces.

Les troubles de la mémoire augmentent considérablement avec l’âge. Plus de 900 consultations de neurologie pour un trouble de mémoire ont été assurées au cours de l’année 2002 par les neurologues au CHU de Caen. Ce symptôme clinique peut être révélateur d’une démence, particulièrement d’une maladie d’Alzheimer. Or certaines médications peuvent ralentir l’apparition des troubles les plus invalidants d’où l’intérêt des diagnostics précoces.

15% des « déficits cognitifs minimes » évoluent vers une authentique démence.
Toute la difficulté est donc de savoir si un trouble discret de la mémoire est ou pas annonciateur d’une pathologie plus lourde. La mise en évidence de marqueurs prédictifs précoces permet de visualiser à l’aide d’IRM ou de PET-scan l’atrophie et la diminution d’activité des neurones de certaines zones du cerveau au cours des maladies dégénératives. L’équipe Inserm E0218 dirigée par le Pr Francis Eustache du CHU de Caen effectue des examens périodiques de la mémoire sur des patients suivis sur plusieurs années et a montré que l’état de santé s’est le plus rapidement détérioré chez ceux qui présentaient dès le début des anomalies du métabolisme cérébral.

La poursuite de ce travail sur une série de patients plus étendue devrait permettre de confirmer ces résultats et d’aboutir à la mise au point de méthodes de détection plus précoces des atteintes cérébrales dégénératives préludant à l’apparition d’un état démentiel.

Ces premiers résultats montrent toute l’efficacité d’une coopération entre le CHU, l’Université, l’Inserm et le Centre Cycéron mais ils ne pourront être poursuivis que si ces liens sont renforcés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.