L’excellence au cœur des Journées de l’ADH

« Nous avons un système de santé remarquable ! Il n’y a pas de modèle de financement parfait », a déclaré Frédéric Boiron, Président de l’Association des directeurs d’hôpital en ouverture des XXVIèmes Journées de l’association qui se sont déroulées les 15 et 16 mars à Paris. Un message volontairement positif dans un contexte de « manager bashing ».
 
« L’hôpital mérite respect et reconnaissance. Et vous directeurs d’hôpital serez les acteurs clés de la réforme souhaitée par le Premier Ministre », a déclaré Cécile Courrèges, Directrice générale de l’offre de soins dans un propos introductif qui a rendu un bel hommage à la communauté hospitalière. Et c’est une vision à la fois optimiste et offensive qu’ont souhaité ensuite promouvoir les différents intervenants lors des sessions qui avaient pour thèmes l’importation, l’exportation et le déploiement de l’excellence hospitalière.  
L’innovation a donc constitué le fil rouge des deux journées. Et malgré quelques craintes sur son financement, ou le décalage justement souligné par Zaynab Riet, déléguée générale de la Fédération hospitalière de France, entre « notre ambition pour la recherche et les moyens qui y sont consacrés », de nombreuses actions originales ont été mises en avant.  
 « L’excellence c’est la recherche, le progrès médical mais c’est aussi l’excellence de nos organisations », a par exemple affirmé Pascal De Wilde, directeur du Groupe hospitalier est-parisien tandis que Laurent Chambaud, Directeur de l’EHESP, insistait sur l’impératif d’associer à la démarche les usagers, les patients et les citoyens. Il fut aussi beaucoup question de l’ancrage du CHU dans son territoire, des coopérations avec l’ensemble des acteurs locaux du système du soins et des missions croissantes assurées par les hospitalo-universitaires dans les champs de la prévention et de la santé publique. Dans ce contexte, les Groupements hospitaliers de territoire sont apparus comme autant d’outils de dynamisation de la recherche et d’attractivité médicale. Une attractivité qui dépasse aujourd’hui largement nos frontières car comme l’a résumé Raphaël Liogier, sociologue, philosophe et grand témoin de ces journées : « Le modèle français a parfois mauvaise réputation en France, mais il est excellent quand on le regarde de l’extérieur ». 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.