L’Express : Excellence pour la prise en charge de la douleur

Le CHU de Nîmes obtient la note maximale A+ dans l'enquête de l'hebdomadaire L'Express sur les hôpitaux qui prennent le mieux en charge la douleur des patients. Des résultats à la mesure de l'engagement du CHU qui définit la douleur comme "un droit pour tous les patients et un devoir pour tous les soignants". Le bon score attribué par l'Express offre à l'établissement l'occasion de présenter ses différents dispositifs et de rappeler que ses programmes d'évaluation des pratiques professionnelles sur la Douleur ont été remarqués par les experts visiteurs de la Haute Autorité en Santé lors de la visite de certification en octobre 2009.

Le CHU de Nîmes obtient la note maximale A+ dans l’enquête de l’hebdomadaire L’Express sur les hôpitaux qui prennent le mieux en charge la douleur des patients. Des résultats à la mesure de l’engagement du CHU qui définit la douleur comme « un droit pour tous les patients et un devoir pour tous les soignants ». Le bon score attribué par l’Express offre à l’établissement l’occasion de présenter ses différents dispositifs et de rappeler que ses programmes d’évaluation des pratiques professionnelles sur la Douleur ont été remarqués par les experts visiteurs de la Haute Autorité en Santé lors de la visite de certification en octobre 2009.

Le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur et son équipe mobile
Ouvert en 1987, le centre a bénéficié d’un programme de rénovation en 2009 pour un montant d’un millions d’euros d’investissement. Il est partie prenante du Pôle clinique Anesthésie- Réanimation – Douleur – Urgences, dit ARDU.
Sous la responsabilité du Dr Eric VIEL, le service est constitué d’une équipe dédiée de professionnels spécialisés (2 médecins plein temps, 3 attachés, 1 psychologue, 3 infirmières et 1 aide-soignant). Cet hôpital de jour de 4 lits dédié aux malades atteints de douleur chronique, réalise 3 100 actes par an et 8 250 consultations externes.
L’Equipe Mobile de prise en charge de la douleur, animée par le Dr BREDEAU, qui intervient dans tous les services du CHU (1 000 consultations par an).
Une dotation de 600 000 € par an assure leur financement.

Le Comité de Lutte contre la Douleur
Créé depuis douze ans, médecins et soignants y participent activement
(Président : Dr Joël L’HERMITE, anesthésiste). Cette instance impulse le « Plan de Lutte contre la Douleur du CHU » et le volet «Prévention» dans le Plan de formation institutionnel.
Les objectifs du « Plan de Lutte contre la Douleur du CHU » :
* Le dépistage et la traçabilité de la douleur systématisés
* Une information au patient personnalisée jusqu’à une éducation adaptée si besoin
* Des pratiques médicales et paramédicales harmonisées et conformes aux règles de bonnes pratiques
* L’accès à une prise en charge spécialisée concernant les douleurs persistantes, complexes ou chroniques
Le Plan de formation « Prévention de la Douleur » a permis de former en 2009 plus de 200 infirmiers et aides-soignants aux bonnes pratiques et à l’utilisation de matériel d’analgésie (près de 1 000 personnes formées depuis 2005).

Des protocoles pour l’évaluation, la prévention et le traitement des douleurs sont formalisés et adaptés en fonction des particularités
– par population (enfants, personnes âgées, …)
– par situations (postopératoire, traumatique aux Urgences, cancer, …)

Exemples d’actions
– Large utilisation des techniques d’anesthésie locorégionale (ALR) ; Le CHU de Nîmes est Centre référent et formateur.
– Parc de 99 pompes d’analgésie contrôlée par le patient (PCA),
– Parc de chariots équipés pour l’utilisation du mélange gazeux MEOPA (Mélange Equimoléculaire Oxygène Protoxyde d’Azote), produit antalgique utilisé pour la prévention de gestes douloureux,
– Formation de binômes médecins -infirmiers aux techniques d’hypnose analgésique.

Soucieux de rester à la pointe dans la lutte conte la Douleur, tous les professionnels du CHU s’impliquent dans l’amélioration continue de leurs pratiques et la mise en oeuvre des dernières innovations.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.