L’hémochromatose génétique : maladie fréquente souvent méconnue

Le 5 juin prochain, l'association « Hémochromatose France » organise une journée nationale sur cette maladie génétique souvent méconnue qui touche un français sur 300, pour laquelle il existe un test de dépistage fiable et un traitement simple et efficace.

Le 5 juin prochain, l’association « Hémochromatose France » organise une journée nationale sur cette maladie génétique souvent méconnue qui touche un français sur 300, pour laquelle il existe un test de dépistage fiable et un traitement simple et efficace.

L’hémochromatose génétique est une maladie fréquente et silencieuse qui est souvent méconnue. Cette maladie génétique est liée à une augmentation de l’absorption intestinale du fer.

Elle entraîne donc une accumulation excessive de fer dans l’organisme. Le fer en excès se dépose au niveau de certains organes comme le foie, le pancréas, le coeur mais également au niveau des articulations.

L’accumulation excessive de fer dans ces organes finit par entraîner des lésions puis un dysfonctionnement. L’atteinte du foie peut conduire à l’apparition d’une cirrhose et peut favoriser la survenue de cancer du foie.

L’atteinte du pancréas peut entraîner un diabète, celle du coeur une insuffisance cardiaque. Avant même l’apparition de ces complications graves, l’hémochromatose génétique peut entraîner une fatigue persistante.

Le dépistage est basé sur une simple prise de sang. Le traitement repose sur la réalisation de saignées. Il permet de prévenir les complications de la maladie.

Une réunion grand public est organisée autour de médecins spécialistes à Nantes le samedi 5 juin 2004 de 16h00 à 18h00 dans l’amphithéatre N°8 à Faculté de Médecine de Nantes (Rue Gaston Veil)

en partenariat avec :
– Professeur Jean-Paul Galmiche, Service de Gastroentérologie et d’Hépatologie, CHU de Nantes
– Docteur Nicolas Ferry, Service de Gastroentérologie et d’Hépatologie, CHU de Nantes
– Docteur Michel Perrocheau, Etablissement Français du Sang de Nantes
– Docteur Jérôme Gournay, Service de Gastroentérologie et d’Hépatologie, CHU de Nantes

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.