L’hôpital comme une chrysalide

« Ma mission est enthousiasmante. Avec mon équipe et les artistes qui participent au projet « Culture à l’hôpital », nous intervenons sur l’humain, sur le sensible. Nous encourageons l’accès au beau. Avec l’art pour levier, l’idée est de révéler la verticalité des êtres. Mon objectif est de construire des passerelles entre l’intime, l’enfoui et le plaisir esthétique … ». Ainsi s’exprime Denis Lucas, responsable culturel et ambassadeur de la création au CHU Hôpitaux de Rouen. Sous son impulsion, artistes et virtuoses s’emparent d’un nouvel espace public et renversent les stéréotypes qui réduisent l’hôpital à l'image inquiétante d'un bâtiment clos et aseptisé

« Ma mission est enthousiasmante. Avec mon équipe et les artistes qui participent au projet « Culture à l’hôpital », nous intervenons  sur l’humain, sur  le sensible.  Nous encourageons l’accès au beau. Avec l’art pour levier, l’idée est de révéler  la verticalité des êtres. Mon objectif est de construire  des passerelles entre l’intime, l’enfoui et le plaisir esthétique … ». Ainsi s’exprime Denis Lucas, responsable culturel  et ambassadeur de la création au CHU Hôpitaux de Rouen. Sous son impulsion, artistes et virtuoses s’emparent d’un nouvel espace public et renversent les stéréotypes qui réduisent l’hôpital à l’image inquiétante d’un bâtiment clos et aseptisé, lieu d’angoisse où les fonctions sont organisées autour d’un couloir central et de portes latérales ouvrant sur des chambres blanches de solitude et d’ennui. Avec le projet culturel, l’hôpital, miroir inversé de la société, devient le théâtre où se joue la métamorphose d’un malade dépendant en un être sensible, accessible aux émotions artistiques. Au cours de cette transformation quasi spirituelle, le malade abandonne les représentations sociales. Confronté à sa propre fragilité, à sa propre sensibilité, il se rend disponible à la création artistique.
Selon ce promoteur d’interventions sublimantes, un hôpital contemporain doit investir un espace de liberté pour interroger ses pratiques, sa représentation du soin, ses références à la norme, questionner son traitement de la vieillesse et son rapport à la mort. Une réflexion stimulée par les artistes du vivant intervenant en résidence dans les différentes unités. Et de citer le célèbre danseur contemporain Sylvain Groud qui s’immerge dans les services de soins palliatifs adultes ou dans les maisons de retraite ; unités improbables qu’en temps normal, le visiteur esquive volontiers. Avec ses cavalières nonagénaires, le chorégraphe fait quelques pas de côté pour les détacher de leur quotidien, il met en scène un corps dansant dans un lieu de lentes déambulations. «Pendant qu’il évoluait devant moi, le danseur a pris ma souffrance» témoigne une dame.

Quand les artistes interviennent les gens ont l’impression d’être des privilégiés, d’assister aux différents temps du processus artistique, il souffle un vent de liberté. Courant d’air salutaire dans l’univers médical où tout est codifié. Pour peu qu’on ait du temps et les malades hospitalisés en long séjour n’en manquent pas, l’artiste leur offre des  moments extra-ordinaires, il  transporte poétiquement la personne, ailleurs, dans l’impalpable d’une relation nouée autour de la musique, du chant, de la peinture…  Pour mieux écouter l’orchestre de l’Opéra de Rouen, un monsieur alité trouve l’énergie de se lever pour se mettre au fauteuil. Il adopte à nouveau une position droite et revêt  le statut de mélomane.
Les médecins observent des choses étonnantes : les personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer charmées par la reprise de chansons de leur enfance retrouvent étonnement la mémoire.
L’émotion est aussi forte sur le grand anneau central du CHU quand les rouennais viennent assister à un concert programmé dans le cadre du festival des Transeuropéennes  dans ce théâtre improvisé où se compose une nouvelle mixité. Au brassage social et culturel s’ajoute la rencontre entre valides et malades, entre  jeunes bien portants et plus âgés moins en forme. « L’action culturelle participe pleinement à l’ouverture de l’hôpital sur la ville et permet d’imaginer des circulations originales» se réjouit Denis Lucas.
Malgré La richesse de cette démarche, les financements sont difficiles à trouver. Sans ligne budgétaire, Denis Lucas est obligé de mouiller sa chemise pour trouver les subventions qui couvriront les interventions artistiques. Citons quelques exemples : pour un projet artistique en pédo-psychiatrie comprenant la résidence de photographes, la Matmut alloue 7500 € pa an, la Poste sponsorise la résidence de plasticiens en gériatrie à hauteur de 5 000 €, le Crédit Agricole verse une dotation de 15 000 euros par an pour les actions artistiques en pédiatrie… La liste des généreux donateurs s’allonge avec la Fondation Orange, le Fonds de dotation Inpact. A ces apports s’ajoutent les subventions des organismes publics : le programme culture/santé Drac et Ars et des collectivités territoriales, conseil général, Ville de Rouen.  En interne, seul le poste de Denis Lucas est financé. Mais la reconnaissance est là. D’ailleurs  le projet d’établissement 2013-2018 du CHU de Rouen réserve un chapitre au projet culturel. Un affichage qui traduit un changement en profondeur du CHU qui explore les nouvelles dimensions de l’espace culturel alternatif.
Au-delà du service artistique rendu aux patients, aux personnels et à la population, la création peut devenir un facteur déterminant dans une stratégie d’attractivité. A Rouen, la maison de retraite médicalisée Boucicaut se distingue des autres structures par son offre culturelle originale. Ainsi, les projets menés avec le Musée de Rouen autour des arts de la table ont  motivé de nouvelles inscriptions en séduisant les enfants en quête de la meilleure structure pour leurs parents. Le studio de création de l’EHPAD est un atout qui distingue l’offre de soins du CHU.

Marie-Georges Fayn

Calendrier de la programmation 2013
Résidence du sculpteur Cécile Raynal en pédopsychiatrie
Projet de sensibilisation à l’image en hémato-oncologie pédiatrique par le Pôle Image régional
Projet « Vox Félicita » en néonatalogie, présence d’une musicienne chanteuse.
Commande artistique « Pères et Fils » en maternité par le photographe Grégoire Korganof
Danse contemporaine avec la Compagnie Sylvain Groud en pédiatrie et unités de soins palliatifs
Résidence de plasticiens et musiciens «  Les vibrants défricheurs » dans le service de Néphrologie
Commande artistique dans le service de consultation d’Ophtalmologie
Concerts au chevet par l’Opéra de Rouen en ORL

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.