L’hôpital de la mère et de l’enfant dévoile ses atouts.

Le CHU de Limoges ouvrira le 15 janvier 2007 un hôpital de la mère et de l'enfant. Moderne, innovant, cet établissement de 192 lits et places dédié aux activités de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique, offrira aux patients une prise en charge globale encore plus sécurisée et une offre de soins sur-spécialisés.

Le CHU de Limoges ouvrira le 15 janvier 2007 un hôpital de la mère et de l’enfant. Moderne, innovant, cet établissement de 192 lits et places dédié aux activités de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique, offrira aux patients une prise en charge globale encore plus sécurisée et une offre de soins sur-spécialisés.

Engagé par le projet médical du CHU de Limoges en 1996, et inscrit dans le schéma régional d’organisation sanitaire du Limousin arrêté le 3 novembre 1999 (SROS 2) le regroupement géographique des activités de soins de la mère et de l‘enfant faisait aussi partie des orientations édictées par le décret ministériel du 10 octobre 1998.

Le 15 janvier 2007, le CHU de Limoges répondra donc à ces ambitions et exigences réglementaires, en proposant un hôpital de la mère et de l’enfant d’une surface de 23000 m2.

Un hôpital dédié à la mère et à l’enfant, pour une offre de soin et un accueil d’excellence

Concrètement, cette réorganisation des activités de périnatalité, de gynécologie et de pédiatrie permettra

– l’aménagement d’un pôle naissance rapprochant les unités d’obstétrique, de néonatalogie et de réanimation néonatale. La maternité du CHU de Limoges déjà site de référence régional (maternité de niveau III) renforce donc encore la sécurisation de la prise en charge de la mère et de l’enfant ;

– la rationalisation de l’offre de soins en pédiatrie dans un pôle enfance regroupant l’ensemble des soins de l’enfant dans un ensemble cohérent, tant pour la prise en charge des patients que pour l’accueil;

– la modernisation et l’humanisation de structures à forte technicité : assistance médicale à la procréation, génétique médicale ou à caractère social : centre d’IVG et de planning familial

Une structure technique et humaine de haut niveau, garante de ces engagements

Des urgences pédiatriques ouvertes 24h/24, l’aménagement de 6 blocs opératoires et de 2 salles de surveillance post- interventionnelle, un plateau d’imagerie de pointe (radiologie enfant, sénologie, tomographie, échographie) sont quelques exemples des structures et équipements qui seront mis au service des patients de ce nouvel hôpital.

Plus de 600 personnes (médecins, praticiens hospitaliers, personnels paramédicaux) veilleront à une prise en charge spécifique de la mère et de l’enfant, tant pour les soins classiques dédiés à ces publics, que dans de nouvelles surspécialisations.

Un projet ambitieux qui a nécessité un investissement important
– le coût de la structure est de 47 M € financés par le CHU de Limoges, des subventions d’Etat et un appel à l’emprunt
– les investissements en équipement s’élevant à près de 9 M € pour financer à la fois les équipements biomédicaux (matériel d’imagerie, de surveillance cardiaque, d‘anesthésie, blocs opératoires) et le mobilier.
Des montants auxquels il faut ajouter 6,1 M € obtenus en crédits de mission d’intérêt général et d’aide à la contractualisation.

L’hôpital de la mère et de l’enfant de Limoges permet un progrès majeur de l’offre de soins pour ces publics, pour la région Limousin mais aussi les départements limitrophes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.