L’hôpital des Nounours : apprivoiser l’univers du soin

Les petits nîmois vont apprendre comment soigner leur nounours auprès des étudiants en médecine, jeudi 31 mars 2016, au CHU de Nîmes. Guidés par un futur docteur, les enfants vont découvrir l’environnement hospitalier et les règles d'hygiène qui régissent l'univers du soin. Cette rencontre inédite, souvent la première avec l'hôpital, se veut à la fois ludique et pédagogique et vise à familiariser les enfants avec un monde étrange souvent perçu comme inquiétant.
Les petits nîmois vont apprendre comment soigner leur nounours auprès des étudiants en médecine, jeudi 31 mars 2016, au CHU de Nîmes. Guidés par un futur docteur, les enfants vont découvrir l’environnement hospitalier et les règles d’hygiène qui régissent l’univers du soin. Cette rencontre inédite, souvent la première avec l’hôpital, se veut à la fois ludique et pédagogique et vise à familiariser les enfants avec un monde étrange souvent perçu comme inquiétant.
Entourés de leurs accompagnants et enseignants, les enfants des écoles Talabot et Lakanal de Nîmes, participent à l’opération "l’hôpital des nounours". Ils vont amener la peluche «malade » de leur choix au CHU. Avec l’étudiant en médecine, ils vont discuter des symptômes supposés de leur nounours et ils l’accompagneront tout au long de sa prise en charge jusqu’à son rétablissement. L’enfant vit une vraie reconstitution des procédures de soins normalement appliquées aux malades avec un circuit qui débute par la consultation médicale, se poursuit par la réalisation d’un cliché radiologique et peut aller jusqu’à une opération au bloc opératoire fictif.
Les étudiants se prennent au jeu. Ils s’exercent à nouer une relation authentique et chaleureuse avec un très jeune patient, à prendre des décisions concertées et à expliquer avec des mots simples les procédures de soins et de sécurité.
Imaginée par l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), "l’hôpital des nounours" célèbre sa dixième édition en 2016. A Nîmes, l’initiative est portée par les étudiants de deuxième année de médecine membres de la Corporation des carabins crocodiles (CCC).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.