L’Hôpital Edouard Herriot inaugure sa « CLInique de Médecine Ambulatoire » CliMa

A la fois centre de consultations et hôpital de jour pour 10 spécialités médicales, CliMa emploie 70 médecins et 40 paramédicaux et dispose de 32 boxes de consultation et 22 places d’hôpital de jour. L’enjeu de cette nouvelle organisation : simplifier le parcours des 250 consultants accueillis chaque jour en endocrinologie – diabétologie, de médecine interne, néphrologie – hypertension artérielle – dialyse, de rhumatologie, immunologie clinique, médecine de la transplantation, de cardiologie, hématologie, de dermatologie – vénéréologie et dermatologie esthétique.

A la fois centre de consultations et hôpital de jour pour 10 spécialités médicales, CliMa emploie 70 médecins et 40 paramédicaux et dispose de 32 boxes de consultation et 22 places d’hôpital de jour. L’enjeu de cette nouvelle organisation : simplifier le parcours des 250 consultants accueillis chaque jour en endocrinologie – diabétologie, de médecine interne, néphrologie – hypertension artérielle – dialyse, de rhumatologie, immunologie clinique, médecine de la transplantation, de cardiologie, hématologie, de dermatologie – vénéréologie et dermatologie esthétique.
Un plus pour les patients chroniques qui séjournent régulièrement à l’hôpital de jour et pour les patients pluri-pathologiques ; désormais, sur une même journée,  ils peuvent rencontrer plusieurs spécialistes sans bouger de leur box car à CliMA, ce sont les médecins qui se déplacent. Les patients apprécieront aussi les délais de rendez-vous réduits, l’amplitude horaire étendue de 7h30 à 19h sans fermeture l’été, le confort et la proximité du bureau des admissions.
Parcours type du patient
Le patient pris en charge à la CliMA est accueilli au bureau des admissions du pavillon R par un agent médico-administratif qui lui prépare ses étiquettes, puis l’oriente vers un box de consultation. Là, il est d’abord vu par une infirmière (prise des constantes, tension artérielle, questionnaire…), puis par un médecin, qui établira un diagnostic, prescrira un traitement et assurera le suivi du patient. Le temps imparti aux tâches administratives et de secrétariat est réduit et les soignants peuvent davantage se consacrer aux patients.
Zoom sur… l’éducation thérapeutique
Les programmes d’éducation thérapeutique sont désormais assurés sur la CliMA, pour l’ensemble des disciplines médicales de l’hôpital. Dans un premier temps, 4 programmes seront proposés aux patients en rhumatologie (polyarthrite rhumatoïde), néphrologie (insuffisance rénale débutante, dialyse) et transplantation (comment vivre après une greffe de rein). Une offre que l’équipe projet a jugé indissociable de ce nouvel équipement puisque 80 à 90% des patients de la CliMA sont des patients chroniques. En plus de la prise en charge purement médicale, il était important de pouvoir accompagner les patients dans leur maladie pour les aider à mieux vivre avec.
L’appui informatique
Concrètement, les rendez-vous sont toujours pris par téléphone auprès des secrétariats des pavillons, seul le lieu de rendez-vous change. Les secrétaires ont accès à un planning partagé, Gbox, qui leur permet d’allouer au médecin un box doté d’un ordinateur et d’un lecteur de badge. Ainsi, le praticien ouvre très rapidement sa session en cours sans avoir à se logger à chaque changement de box.
Pendant la consultation, l’infirmière puis le médecin remplissent chacun, en direct, les rubriques qui leur sont attribuées dans un formulaire patient informatisé. Une fois la consultation terminée, il retire simplement son badge du lecteur et sa session se ferme automatiquement au bout de quelques secondes. Une application permet de générer immédiatement et de manière automatique des comptes rendus à destination des médecins généralistes.
Les outils développés spécifiquement pour la CliMA par la Direction des Services Informatiques des HCL fluidifient les échanges.
Un gain de temps qui booste l’activité des praticiens et par conséquent de réduire les délais d’obtention d’un rendez-vous. Ainsi en néphrologie, le nombre de consultations a augmenté de 20% depuis l’arrivée de la spécialité sur la CliMA (5 à 6 patients en plus vus par jour). De manière générale, 250 consultations sont réalisées chaque jour toutes disciplines confondues et 30 à 45 patients sont admis en hôpital de jour.
Autre défi de CliMA : Objectif 0 papier
Pour limiter au maximum la production de documents papier, un travail a été mené en collaboration avec la Direction des Services Informatiques, qui a donné naissance à plusieurs outils, en plus de ceux déjà cités :
– SCANHUL, qui permet de scanner des documents du dossier patient (comptes-rendus médicaux, examens biologiques…) et de les intégrer au dossier informatisé.
– Le parapheur électronique, un nouvel outil de lecture, de tri et d’organisation du travail pour les médecins. Ce système regroupe l’ensemble des données patient sur un même portail électronique et permet au médecin de contrôler des résultats d’examens, les valider ou encore adresser ses patients à un confrère. Lorsque le document a été traité, il est classé automatiquement dans le dossier patient informatisé. Actuellement testé sur CliMA, le parapheur électronique sera ensuite déployé sur l’ensemble des HCL.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.