L’hôpital Louis Mourier accrédité sans réserve

Le Collège de l'Accréditation a conclu que le centre hospitalier universitaire Louis-Mourier avait satisfait à la procédure d'accréditation sans réserve pour une durée de 5 ans.

Le Collège de l’Accréditation a conclu que le centre hospitalier universitaire Louis-Mourier avait satisfait à la procédure d’accréditation sans réserve pour une durée de 5 ans.

Le rapport souligne :

– La clarté des orientations stratégiques de l’hôpital et l’avancée sur des projets structurants, comme le centre périnatal de type III ou le développement des relations avec l’hôpital de Nanterre.
– La qualité de l’accueil du patient et de sa prise en charge, préoccupation partagée par l’ensemble des acteurs de l’établissement. Des outils de coordination de la prise en charge des patients existent et l’ANAES souligne la qualité des réponses apportées aux besoins spécifiques des hospitalisés ainsi que la prise en charge et l’accompagnement de la fin de vie.
– L’ancienneté et la pertinence de la politique qualité de l’hôpital, engagé depuis plus de 10 ans dans cette démarche avec un passage progressif des activités d’évaluation à une démarche d’amélioration continue de la qualité. L’ANAES souligne le très grand dynamisme de l’établissement en la matière.
– Enfin, le rapport d’accréditation note que « la réelle qualité de l’ensemble des vigilances sanitaires et sécurité transfusionnelle mérite d’être relevée ».

Conformément au rapport d’autoévaluation de l’hôpital, le collège préconise 6 recommandations afin de poursuivre la dynamique engagée.
Elles sont au coeur de la politique qualité de l’hôpital.

1- Généraliser la traçabilité de l’information délivrée au patient, notamment en matière de réflexion bénéfice risque et de consentement.
2- Poursuivre les actions contribuant à garantir la confidentialité.
3- Mettre en oeuvre et évaluer les actions d’amélioration du dossier du patient.
4- Activer la politique de rénovation des locaux.
5- Mettre en oeuvre la gestion prévisionnelle des emplois.
6- S’assurer de l’exhaustivité des déclarations à la CNIL.

L’hôpital Louis-Mourier est le 14ème établissement de l’AP-HP accrédité.

L’hôpital universitaire Louis-Mourier (AP-HP) est situé à Colombes dans les Hauts-de-Seine.

Il comprend 569 lits et places répartis autour de plusieurs pôles d’activité : pédiatrie, néonatologie et gynécologie-obstétrique ; pôle digestif médico- chirurgical ; services de médecine interne, réanimation ; service de psychiatrie ; un pôle gérontologique avec une unité de soins de longue durée. La construction d’un centre périnatal de type III, avec une réanimation néonatale, est un projet majeur des trois prochaines années.
L’hôpital dispose également d’un plateau technique performant en imagerie, biologie et explorations fonctionnelles ainsi que d’un service d’odontologie.

Afin d’assurer une offre de soins hospitaliers publics cohérente dans leur bassin de vie, les hôpitaux Louis-Mourier et Max-Fourestier (Nanterre) ont constitué un syndicat interhospitalier (SIH). Dans ce cadre sont gérés conjointement le service d’accueil des urgences, l’organisation de la garde chirurgicale, l’activité d’anatomo-cyto pathologie et l’ouverture de lits soins de suite et de réadaptation. Une réflexion approfondie est menée pour une convergence des projets médicaux des deux hôpitaux visant à organiser de manière harmonieuse les prises en charges médicales et chirurgicales sur les deux sites.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.