L’Hôtel-Dieu de Paris, prototype de l’hôpital universitaire de santé publique

Engagée dans un vaste plan de restructuration, l’AP-HP planche sur les nouvelles missions de l’hôtel-Dieu, berceau de l’hôpital public à Paris dont l'histoire séculaire remonte au VIIème siècle. Et si l'île de la Cité peut s'enorguellir de disposer d'un tel site, sa rénovation pour mise aux normes ne peut être envisagée tant les travax seraient coûteux. Aussi l'AP-HP, s’appuyant sur le caractère emblématique de l’établissement, souhaite le transformer en un hôpital universitaire de santé publique. Un concept nouveau dont les caractéristiques ont fait l'objet d'analyses et de contributions expertes ; la réflexion se poursuit avec tous les partenaires et acteurs de santé.

Engagée dans un vaste plan de restructuration, l’AP-HP planche sur les nouvelles missions de l’hôtel-Dieu, berceau de l’hôpital public à Paris dont l’histoire séculaire remonte au VIIème siècle. Et si l’île de la Cité peut s’enorguellir de disposer d’un tel site, sa rénovation pour mise aux normes ne peut être envisagée tant les travax seraient coûteux. Aussi l’AP-HP, s’appuyant sur le caractère emblématique de l’établissement, souhaite le transformer en un hôpital universitaire de santé publique. Un concept nouveau dont les caractéristiques ont fait l’objet d’analyses et de contributions expertes ; la réflexion se poursuit avec tous les partenaires et acteurs de santé. Elle est désormais animée par le Pr Jean-Yves Fagon*, nommé préfigurateur du nouvel Hôtel-Dieu.
Soucieuse de répondre aux nouvelles attentes de la société en matière de santé, l’AP-HP a retenu quatre paramètres déterminants pour définir les nouvelles missions de l’offre hospitalière du XXIème siècle : plus que jamais elle doit veiller à garantir l’accès aux soins de proximité pour tous grâce à des filières fortement articulées avec la ville et au développement d’une offre de secteur 1* ; tenir compte de l’évolution des pathologies, de leur mode de prise en charge, des progrès techniques et des savoirs et de leur incidence sur les métiers de santé ; et enfin répondre à la forte demande de la population en matière de santé publique ( promotion de la santé, prévention, dépistage, éducation thérapeutique, évaluation des pratiques professionnelles et médicales).
Le concept d’hôpital universitaire de santé publique se dessine
A la fois plate-forme de prévention, établissement dispensant des soins de secteur 1**, centre de recherche, de formation doté de techniques de simulation innovantes et d’enseignement en santé, l’hôtel-Dieu de Paris abritera aussi le musée et l’espace d’information du public ainsi que le siège de de l’institution.
L’hôpital universitaire de santé publique apportera une réponse innovante aux attentes en matière
– de prévention, de soins de secteur 1 et d’éducation à la santé
L’Hôtel-Dieu de demain pourrait garantir une offre de soins de secteur 1 via un centre de médecine ambulatoire ouvert sur la ville avec un espace de consultations sans rendez-vous, pouvant répondre aux besoins urgents de proximité, associé à des consultations spécialisées et adossé à un plateau technique. Ce projet constituerait un service majeur qui viendrait compléter l’offre de soins assurée par la médecine de ville pour la population francilienne et plus particulièrement pour les populations fragiles (patients en situation de précarité, adolescents, étudiants…) qui bénéficieraient d’horaires étendus, y compris le week-end. Il devrait permettre de soulager les services d’urgences et pourrait constituer un élément fort des relations entre la ville et l’hôpital dans une logique de parcours de soins.
En matière de santé publique, le projet consiste à développer une activité centrée sur la médecine préventive, le dépistage, l’éducation à la santé, la médecine du travail, les vaccinations. En aval du soin, les activités pourraient se décliner en consultations médicales ou paramédicales destinées à l’éducation thérapeutique ou encore à la gestion de cohortes.
Les patients pourraient bénéficier d’un plateau technique commun intégrant un espace d’accueil et d’orientation, des espaces de consultations, un centre de prélèvements biologiques relié au laboratoire de Cochin (à l’étude) et, enfin, un plateau d’imagerie de secteur 1.
Par ailleurs, un centre de télé-radiologie pourrait permettre de constituer une base de données unique en santé publique grâce à la mise en place d’un réseau d’experts en imagerie. Ce centre d’excellence qui pourrait rayonner sur toute l’AP-HP servirait également aux activités d’enseignement et au développement de techniques de e-learning pour les étudiants, les radiologues et les médecins d’autres spécialités.
La question de conserver des urgences de type SAU (service d’accueil des urgences) fait actuellement l’objet de réflexions en lien étroit avec la communauté médicale. Le maintien de l’UMJ (unité médico-judiciaire) et de Cusco (unité d’hospitalisation des gardés à vue) à l’Hôtel-Dieu fait de son côté l’objet d’une concertation avec la préfecture de police et l’autorité judiciaire.
L’hôpital universitaire de santé publique se distinguera par sa forte dimension interuniversitaire au sein de sa structure pluridisciplinaire L’originalité du projet consisterait à rassembler sur un même site, près des malades, des médecins et des soignants, une communauté scientifique médicale et non médicale (universités ou écoles spécialisées en économie, sociologie, psychologie, grandes écoles disposant d’activités en santé publique) très active dans la recherche, la formation et l’enseignement en santé. Il pourrait servir de centre de conseil et d’expertise pour l’AP-HP mais aussi pour les autorités publiques comme l’ARS, les collectivités locales, les agences sanitaires et les ministères.
Il disposera d’un centre de formation aux métiers de la santé
Désireuse d’investir dans la formation de ses personnels, l’AP-HP souhaite regrouper l’école de chirurgie ainsi que les écoles IBODE (infirmiers de blocs opératoires diplômés d’état) et IADE (infirmiers anesthésistes diplômés d’état). Ce regroupement permettrait de réfléchir à la réorganisation de ces enseignements reconnus au niveau international tout en développant des techniques innovantes avec un enseignement fondé sur la simulation d’actes techniques.
Un concept de musée revisité pourrait accueillir l’espace d’information du public
Le musée totalement rénové, largement ouvert sur l’histoire médicale du 20ème siècle pourrait intégrer un dispositif de présentation des nouveaux chantiers de l’institution. Il serait également un lieu de débat, de rencontres et d’échanges. Grâce à une scénographie originale, le musée permettrait aux visiteurs (grand public, professionnels, étudiants…) de découvrir l’hôpital d’hier et d’aujourd’hui, de situer la trajectoire originale de l’AP-HP et de mieux comprendre l’extraordinaire aventure de ses évolutions.
L’espace d’information du public trouverait tout naturellement sa place en son sein.
Après la remise d’un rapport en juin 2012, la réflexion se poursuit avec tous les acteurs
L’ARS, la Ville de Paris, les universités, les instances centrales de l’AP-HP ainsi que celles du groupe hospitalier Paris centre (Cochin, Broca, Hôtel-Dieu), sont associées à la réflexion. Afin d’élaborer le futur projet médical, l’AP-HP a ouvert le débat en créant six groupes de travail constitués d’experts internes ou externes à l’AP-HP, de représentants des usagers et de professionnels de santé. Dans un communiqué la direction générale reconnaît que « ce projet ne pourra avance qu’avec l’adhésion des partenaires externes que sont les universités, les médecins de ville ou les centres de santé. Il nécessitera également l’engagement et le soutien des acteurs impliqués dans la mise en oeuvre des politiques de santé locales, régionales voire nationales. «
Financement
Le produit de la vente des bâtiments du siège, avenue Victoria et rue Saint Martin, constituera la participation financière de l’AP-HP. La direction générale s’est engagée à ce que le projet ne pèse pas sur la capacité globale d’investissement de l’AP-HP.
Calendrier prévisionnel
Septembre 2012: début de la concertation interne et externe afin de préciser les contours du projet
Fin 2012 : finalisation du projet et mise en place de l’équipe projet
1er trimestre à fin 2014 : première étape des travaux pour les activités de soins
Mi 2015 à fin 2016 : deuxième phase de travaux
*Le Pr Jean-Yves Fagon,  est chef du service de réanimation médicale à l’Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) et a été directeur de la politique médicale de l’AP-HP
**Les soins de secteur 1 sont prodigués par des médecins qui appliquent les tarifs officiels

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.