L’hyperactivité par le Groupe nantais en pédopsychiatrie

« Tic, toc, thada (trouble, tension, hyperactivité), pour une nouvelle stratégie de soins »... La 8ème journée du Groupe nantais de pédopsychiatrie fait le point sur l'hyperactivité, syndrome qui concerne un nombre croissant d'enfants, le 31 mars 2006 à la Cité des Congrès de Nantes.

« Tic, toc, thada (trouble, tension, hyperactivité), pour une nouvelle stratégie de soins »… La 8ème journée du Groupe nantais de pédopsychiatrie fait le point sur l’hyperactivité, syndrome qui concerne un nombre croissant d’enfants, le 31 mars 2006 à la Cité des Congrès de Nantes.

Sous la présidence du professeur Michel Amar, pédopsychiatre au CHU de Nantes, un point sera fait sur le syndrome d’hyperactivité avec déficit d’attention.

Dans une société fébrile, où trémulation rime avec agitation, excitation et explosion pulsionnelle à des âges où la liaison des pulsions agressives infantiles n’est pas des plus aisée, les enfants trouvent-ils encore le temps d’évoluer à leur rythme ?

Les psychanalystes, pédopsychiatres, psychomotriciens, psychothérapeutes et enseignants s’interrogent sur l’évolution de la psychopathologie infantile liée aux variations des descriptions cliniques, à la richesse de la sémiologie clinique dès le plus jeune âge.

Ce colloque, ouvert aux professionnels et aux étudiants sur inscription, apportera des éclairages médicaux, philosophiques et éthiques à partir de situations concrètes tirées de la pratique professionnelle.

Sujets abordés lors de ce colloque
– les troubles de l’attention et l’hyperactivité : maladie ou symptôme ?
– l’enfant agité à l’école : de la prévention aux démarches d’enseignement et d’aide spécialisées
– les apports de l’hypnose et des thérapies systémiques sur les troubles hyperactifs
– les agitations thérapeutiques et psychopathologiques autour de l’enfant agité

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.