L’hypersensibilité de la vulve : une consultation spécialisée à Lyon

En France, 1 femme sur 10 souffre d'hypersensibilité de la vulve appelée aussi vestibulodynie, une maladie sous-diagnostiquée et pourtant très invalidante au quotidien. Pour pallier, le retard de diagnostic et l'errance thérapeutique, le centre Hospitalier Lyon Sud (HCL) a ouvert une consultation spécialisée, alliant gynécologie et dermatologie qui reçoit chaque année 200 à 250 femmes.

1 femme sur 10 souffre d’hypersensibilité de la vulve appelée aussi vestibulodynie, une maladie sous-diagnostiquée et pourtant très invalidante au quotidien. Pour pallier, le retard de diagnostic et l’errance thérapeutique, le Centre Hospitalier Lyon Sud (HCL) vient d’ouvrir une consultation spécialisée, alliant gynécologie et dermatologie qui reçoit chaque année 200 à 250 femmes.
Le syndrome de vestibulodynie apparaît tôt : plus de la moitié des femmes ont ressenti des douleurs tenaces et persistantes, provoquées ou spontanées avant l’âge de 25 ans, et 75% avant 35 ans (1). « Au début c’est juste une douleur pendant les rapports puis ça devient persistant. Avant de rencontrer les médecins, j’avais mal tout le temps : pour m’assoir, faire du vélo… le simple fait d’appuyer sur mon périnée me faisait souffrir atrocement ! » témoigne Vanessa. Même le toucher avec un coton tige peut induire une douleur « C’est une pathologie difficile à diagnostiquer car elle ne comporte pas de lésions visibles. Explique le Dr Véronique Julien, gynécologue au centre Hospitalier Lyon sud. « Le diagnostic se fait notamment en provoquant la douleur avec le test du coton-tige. Je détermine, selon les réactions de la patiente les zones sensibles ».
Une maladie sous diagnostioquée
Le délai moyen entre le début de la douleur et le diagnostic se situe entre 5 et presque 7 ans. Ce retard de diagnostic contribue, d’après les patientes, à la sévérité de leurs symptômes. (2)
Les causes de la vestibulodynie sont multiples et divisent encore les médecins. Parmi les plus crédibles, on trouve les infections dont les mycoses à répétition, la ménopause, certains traitements locaux, certaines dermatoses comme le lichen scléreux vulvaire. Les principales pathologies diagnostiquées en consultation à Lyon sont la vestibulodynie (25%), le lichen ou autres dermatoses (psoriasis, eczéma,..) (25%), cancers et précancers (25%), mycoses à répétitions ou autres infections (25%).
Des traitements au long cours
On peut associer plusieurs prises en charge : des traitements locaux contre la douleur (anesthésiants) et des corps gras. Des massages et de la relaxation périnéale. De la kinésithérapie vaginale avec biofeedback si besoin. Une prise en charge psychologique et/ou sexologique selon les cas.
« Le traitement va durer plusieurs mois, l’amélioration sera progressive avec d’éventuelles rechutes, d’où l’importance d’un suivi régulier. » Prévient Dr Sandra Ronger, dermatologue au Centre Hospitalier Lyon Sud.
Plus d’information sur la consultation de vestibulodynie des HCL 
1. Jantos M, Burns NR. Vulvodynia. Development of a psychosexual profile. J Reprod Med 2007; 52: 63-71
2. Dr Clarence de Belilovsky, Paris, France

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.